Retour à l'accueil du site





Gabrielle FILTEAU-CHIBA

Encabanée


Anouk, jeune femme lassée de la ville et du mode de vie qu’on y adopte – « l’eau embouteillée, la propagande sur écran, la méfiance entre voisins, l’oubli collectif de nos ancêtres et de nos combats, l’esclavage d’une vie à crédit et les divans dans lesquels on s’incruste » –, quitte Montréal pour une cabane au Kamouraska.
Là, sur les rives du fleuve Saint-Laurent, alors que sa voiture se recouvre bientôt de neige, Anouk fait l’expérience de la vie solitaire au cœur de la nature. Le journal qu’elle tient les premiers jours de cette nouvelle existence ne cache pas les difficultés qui sont les siennes, le froid qui s’insinue partout, les coyotes qui rôdent, les mauvais gestes qui causent des blessures et le corps qui crie ses manques. Mais le chemin vers le « féminisme rural » dans lequel s’est engagée la narratrice regorge aussi de beauté : l’aurore et ses pastels, lire, écrire et dessiner jusqu’à ce que la nuit tombe. Et, aussi isolée que soit la cabane, on peut tout de même y adopter un chat, y rencontrer un homme aussi inspirant que mystérieux…

Dans ce court récit écrit sous forme de vrai-faux journal, Gabrielle Filteau-Chiba décrit sans faux-semblants la beauté et la dureté de cette région sauvage, mais ce manifeste en faveur de la Nature ne serait certainement pas le même sans l’attachement au Québec et notamment à sa langue qui transparaît à chaque page : « Le vent porte l’odeur musquée des feuilles mortes sous la neige, et j’attends un printemps précoce comme on espère le Québec libre. »
En effet, non contente de se placer sous le patronage du Karoumaska d’Anne Hébert, grande femme de lettres francophone, l’auteure parsème son récit de citations et de références à la littérature québécoise. Pour le lecteur français, les mots québécois qui émaillent le récit donnent ainsi une certaine poésie à cette belle chronique d’une renaissance : « C’est ici, au bout de ma solitude et d’un rang désert, que ma vie recommence. »

Amandine Farges 
(08/01/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Le mot et le reste

(Janvier 2021)
96 pages 13






Gabrielle
FILTEAU-CHIBA