Retour l'accueil du site





Jean-Paul HONORÉ


Un lieu de justice


Du périphérique de Paris, vous le remarquez bien avant de découvrir qu’il s’agit du TGI, Tribunal de Grande Instance devenu TJ, Tribunal de Justice.
C’est un bâtiment à l’architecture étonnante, en forme d’escalier. Les perspectives changent selon l’angle de vue. Jean-Paul Honoré étudie cet étrange édifice de l’extérieur, puis de l’intérieur, vu d’en bas, vu d’en haut… Il le décrit avec beaucoup de précisions, y passe du temps, change de lieu, observe, écoute, analyse.

« Dans l'atmosphère claire-obscure de la salle, une gêne s'est répandue. Chacun se demande qui vous êtes, en réalité : un voyeur, venu se régaler d'affaires lamentables, souvent accompagnées du spectacle de l'humiliation et des larmes ? Un plumitif de l'espèce dénigrante ? Un outragé compulsif qui alarmera les réseaux sociaux et dénoncera l'institution sans savoir, sans peser, sans comprendre ? Machinalement, vous avancez vers les magistrats. Derrière vous, le garde se rapproche. Alors, vous vous arrêtez là, tout près de la barre. Et comme vous vous sentez scruté, vous explicitez tant bien que mal votre projet. Le verdict tombe : "Ça a déjà été fait..." Sourires. Encore un auteur... ou soi-disant... »
« Si en littérature on ne voulait faire que ce qui ne l’a jamais été, on n’écrirait plus grand-chose. »

Il est vrai que Jean-Paul Honoré sait nous intéresser et décrit très bien ce lieu avec originalité et humour.
C’est un espace particulier où se côtoient des célébrités et tout un chacun. Des drames, des énigmes, des vies s’y jouent. Chacun a le droit d’être défendu, les avocats de la défense n’y font pas défaut : « À cela s'ajoute une telle résistivité à la déformation qu'elle apparente la parole à un élastomère. Si le prévenu déclare : "J'avais fumé des joints la veille... ", deux minutes plus tard, son conseil affirmera sans ciller : "Certes, mon client avait fumé un joint quelques jours auparavant..." »

Les victimes s’expriment et ont le droit d’être entendues. Elles espèrent un jugement qui leur redonnera un peu de paix.
Les problèmes de société apparaissent à travers des extraits de jugement : « Le harcèlement moral est caractérisé dans tous ces éléments. »

Différentes situations sont relatées. La confrontation entre des patrons et des employés, des femmes battues et leur ex-conjoint, des dealers, des voleurs à la tire… se succèdent.

« Incident d'audience.
Toute la défense est debout, les avocats des parties civiles se dressent à leur tour pour faire corps avec leur orateur, et c'est maintenant, de part et d'autre, une houle noire, une forêt de bras tendus et d'index pointés, on se lance par-dessus la barre des "Ne soyez pas grotesque !" et des "C'est une honte !", la salle gronde, des huées s'élèvent, et comme, du côté des prévenus, certains conseils crient au scandale, menacent de quitter le prétoire et de laisser le tribunal en plan, la présidente, à son tour, monte en température, houspille les parties civiles, houspille la défense, houspille le public. Le calme revient. »

Ce texte, très original, nous plonge dans un univers spécifique qui tente de trouver un équilibre pour régler notre vie en société dans le respect de règles communes et la défense de l’intégrité de chacun. 

Brigitte Aubonnet 
(02/08/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Jean-Paul HONORÉ, Un lieu de justice
Arléa

(Avril 2021)
204 pages - 18










Jean-Paul Honoré,

linguiste, a enseigné dans plusieurs universités dont celle de Kyoto, au Japon.



Bio-bibliographie sur
Wikipédia