Retour l'accueil du site





Ragnar JÓNASSON


La dernière tempête


Si vous souhaitez vous évader dans un lieu et un paysage tout à fait exceptionnels et inhospitaliers alors lisez La dernière tempête. En plus de vivre dans une ferme islandaise complètement isolée, située à plusieurs kilomètres du premier village, le roman se situe quelques jours avant Noël et une terrible tempête de neige avec beaucoup de vent s’abat sur la région. L’isolement est encore plus impressionnant. L’air est glacial. Pour maintenir l’angoisse, une coupure d’électricité, habituelle à cette période de l’année, plonge la ferme dans la nuit puisqu’en hiver seules quelques petites heures de jour apportent une lueur qui permet à peine de distinguer l’environnement figé dans le froid.

Erla et Einar vivent dans ce lieu inhospitalier. Comme chaque année, ils organisent Noël avec le sapin et les cadeaux pour eux et leur fille. Erla prépare le repas traditionnel lorsqu’un homme frappe à leur porte, sorti de nulle part, en pleine tempête. Il est impossible de ne pas le faire entrer chez eux car il mourrait très vite de froid. Einar lui propose donc de l’héberger pour la nuit mais Erla doute de ce qu’il leur raconte. Rien n’est cohérent et elle est persuadée qu’il ment. Peu à peu, elle en convainc son mari. Pourquoi est-il arrivé dans leur région et dans quel but ? Erla attend Anna, leur fille, qui habite dans une maison située sur la route un peu avant la ferme. Pourquoi n’arrive-t-elle pas pour le repas de Noël comme elle le fait habituellement ?

Plusieurs histoires s’entremêlent, celle de Hulda, l’enquêtrice, et de sa famille ; celle d’Erla et Einar qui vivent dans cette ferme isolée ; celle d’Unnur qui a disparu depuis plusieurs semaines sans donner de nouvelles alors qu’elle prenait une année sabbatique et voyageait seule en Islande ; celle de son père qui part à sa recherche après avoir reçu une lettre…

Hulda l’enquêtrice cherche absolument à élucider la disparition d’Unnur mais chez elle l’ambiance est très lourde car Dimma, sa fille adolescente, refuse toute proposition pour préparer Noël et s’enferme dans sa chambre. Est-ce seulement lié à une crise d’adolescence ? Nous comprenons assez vite l’origine du malaise qui taraude Dimma, ce qu’Hulda a du mal à percevoir car c’est toujours très complexe quand l’on est confronté à une telle situation.

Ces personnages se croiseront donc au fil du roman dans un imbroglio dramatique et les liens apparaîtront. 

L’enfermement, les lieux clos, la solitude, l’isolement, les conditions de vie rudes jouent un rôle essentiel dans ce pays magnifique où le froid et l’obscurité peuvent devenir terriblement angoissants. « Ce n'était pas la température qui la dérangeait le plus. Elle n'avait rien contre un bon bol d'air frais et aimait respirer le vent glacial — il suffisait de bien s'habiller pour ne pas trop en souffrir. Non, le pire, c'était l'obscurité. Durant l'hiver, le soleil se levait à peine en journée, et le soir venu, les ténèbres s'étendaient aussi loin que l'œil portait. Pas un point de lumière à l'horizon, pas un espoir. Pas une lueur en provenance de la maison d'Anna, trop éloignée et dissimulée par le relief. Les seuls moments où Erla supportait de sortir un peu, c'était lorsque la lune réapparaissait, comme une amie qu'elle avait plaisir à retrouver. Mais bien sûr, il y avait l'isolement, ce putain d'isolement, cette certitude qu'elle n'avait aucun endroit où se réfugier, que s'il arrivait quelque chose, aucune issue n'était envisageable, aucune aide ne viendrait... Elle s'empressa de chasser ces pensées de son esprit. »

Les personnages se sentent vite impuissants face aux éléments naturels, ce que l’on ressent très bien grâce à une écriture et une structure qui maintiennent le suspense et dévoilent peu à peu les différents engrenages.

Brigitte Aubonnet 
(06/04/21)    



Retour
Sommaire
Noir & polar










La Martiniere
(Février 2021)
288 pages - 21


Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün













Ragnar Jónasson,

né en 1976 à Reykjavik,
a déjà publié une dizaine
de romans policiers.


Bio-bibliographie
sur Wikipédia