Retour l'accueil du site





Laure ADLER


La voyageuse de nuit


Dès 2014, la journaliste Laure Adler débute une enquête sur la vieillesse dont les résultats sont publiés en 2020, aux éditions Grasset, sous la forme d’un essai au titre emprunté à Chateaubriand qui a écrit : « La vieillesse est une voyageuse de nuit : la terre lui est cachée ; elle ne découvre plus que le ciel. » L’autrice, âgée de 70 ans, dit d’elle-même, qu’elle se trouve dans « une sorte de sas » : « Je sais que j’ai un certain âge justement et pas encore, je l’espère, un âge certain. »

La première partie de son ouvrage, intitulée Le sentiment de l’âge, tente de répondre à l’épineuse question : à partir de quand est-on vieux ? La deuxième partie explore ce que tout un chacun espère accumuler avec L’expérience de l’âge, la troisième se penche sur La vision de l’âge avant d’aborder la conclusion intitulée En guise d’épilogue.

Le titre permet d’assimiler ce très beau texte à un carnet de voyage dans lequel Laure Adler offre au lecteur aussi bien son vécu que les résultats de son enquête ou ses savoureuses rencontres avec des célébrités (dont l’identité ne nous est pas toujours dévoilée en début du paragraphe qui leur est consacré à la manière d’une devinette...) ou des inconnus. Ce choix rédactionnel, complété par une très bonne mise en page où des sauts de lignes indiquent qu’on passe par exemple d’un souvenir à une citation, présente l’avantage d’offrir une lecture extrêmement claire, « vivante » et presque joyeuse à la façon d’une conversation à bâtons rompus, alors qu’il est tout de même question de l’approche de la mort et des désagréments que nous vivons ou allons vivre en vieillissant !

Cet assemblage de souvenirs, de réflexions, d’analyses et de culture (il n’est que de consulter la biblio ici appelée sources) aboutit à un ouvrage très complet dont n’est exclue aucune des questions considérées comme « gênantes » : est-il plus difficile d’être vieille que vieux ? Qu’en est-il de la sexualité des personnes âgées ? etc.

L’enquête sur les EHPAD, aussi bien quantitative que qualitative, ne laisse aucun doute sur la seule finalité « positive » de ces établissements : « Les maisons de retraite sont et seront de plus en plus des mines d’or pour les investisseurs. », tandis que l’auteure, lors d’une visite à sa mère en EHPAD, entend cette dernière dire « Ce n’est pas drôle de vieillir, mais quand même, on n’a pas mérité ça. » Ces quelques mots ne peuvent que la navrer et renforcer le sentiment de culpabilité latent qu’entretiennent souvent les enfants adultes de parents placés en maisons de retraite.

Si l’image du « sage vieillard » a disparu depuis belle lurette de nos sociétés européennes où la vieillesse est perçue comme un processus dégénératif (le fameux « naufrage ») il n’en demeure pas moins certains qui résistent, des artistes en général (sont cités K. Hokusai, M. Ozouf...),  mais aussi tous ceux et toutes celles qui, armés d’un indéfectible courage, relèvent le défi pour rester vivants au monde, fût-ce à leur manière ; ce que Laure Adler appelle : « Continuer à être soi dans une forme d’innocence revendiquée. »

Le culte de la jeunesse, les conditions de santé des personnes âgées, la composante économique (ô combien dominante !),  la non-mixité entre générations... Les questions et problèmes que soulève la vieillesse sont innombrables  tant et si bien que l’autrice écrit : « Je n’ai pas envie de terminer ce livre. Par définition, il est interminable. » Il en va de même pour notre fiche de lecture au terme de laquelle deux remarques s’imposent : la première réside en la nécessité de ce livre (comme avait été  nécessaire, il y a cinquante ans, l’ouvrage de Simone de Beauvoir, La vieillesse) afin que les personnes âgées puissent enfin vivre « apaisé(e)s dans une société secourable » et la seconde porte sur l’importance comme l’urgence de la lecture de ce livre essentiel par le plus grand nombre, y compris les jeunes qui seront les vieux de demain.

Dominique Godfard 
(15/03/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Grasset

(Septembre 2020)
224 pages - 19

Version numérique
13,99









Laure Adler
essayiste, romancière, femme de télévision et de radio, a été primée pour de nombreux ouvrages.