Retour à l'accueil du site





Dolores REDONDO


La face nord du cœur



Une chasse à l’homme dans La Nouvelle Orléans dévastée par Katrina, l’ouragan qui a ravagé et inondé la ville en 2005. Voilà un cadre apocalyptique pour une traque implacable menée parce une enquêtrice hors du commun. Tout, ici, est démesuré y compris le tueur en série qui assassine des familles entières selon un rituel immuable.

Amaia Salazar est une policière espagnole en stage au FBI en Virginie. Née dans un petit village de Navarre, elle a fait ses études aux États-Unis avant de retourner dans sa région d’origine où elle a réussi à arrêter un « collectionneur » qui enlevait et tuait des femmes. Selon l’agent Dupree, qui dirige un groupe de profileurs du FBI, elle dispose d’un don rare et précieux, un mélange d’observation et d’intuition, une sorte de sixième sens qui « se développe chez les personnes qui ont vécu des circonstances spéciales, de celles qui en détruiraient d’autres. »
« Amaia était une enquêtrice-née. Un de ces êtres doués naturellement de la capacité de discerner la trace du mal. Un privilège douteux, certainement, acquis lors d'un séjour dans son enfer personnel. Elle était caractérielle et irascible, comme tout policier devenu célèbre avant ses vingt-cinq ans ; et, en même temps, tellement tempérée et détachée de la douleur que Dupree se demandait si c'était le mécanisme de défense qu'elle déployait généralement face aux autres, ou si elle ne savait même pas d'où provenait son don. Dans ce dernier cas, elle deviendrait quelqu'un d'extraordinaire. Un être rare qui, si tout se passait comme ils le redoutaient, serait bientôt mis à l'épreuve. »
Quelles sont ces « circonstances spéciales » qu’elle aurait vécues ? De quelle nature est son « enfer personnel » ? C’est ce que le lecteur découvre en chapitres alternés tout au long du roman. Les blessures de l’enfance, les peurs, la perception de la mort qui rôde et veut l’éliminer. Une menace permanente qui oblige une tante à l’exfiltrer de la cellule familiale pour l’envoyer, à douze ans, étudier aux États-Unis.

L’agent Dupree, qui a perçu les étranges compétences d’Amaia et qui la recrute pour son groupe d’action, a lui aussi ses failles et ses secrets que nous découvrons peu à peu, liés à la mort de ses parents mais aussi à une vieille histoire d’enlèvements de jeunes filles par le Baron Samedi, « un des Lwas du vaudou. Le Lwa de la mort. Un esprit maléfique, à qui on attribue les pires méfaits, et que vous avez dû voir représenté un million de fois pendant le carnaval ou Halloween. Un squelette avec les orbites enfoncées, un haut-de-forme et un cigare à la bouche. Parfois on le représente vêtu d'un smoking ou d'un frac... »
Les légendes et traditions sont très présentes dans le roman, qu’elles soient de Louisiane ou de Navarre, et le guérisseur cajun est tout aussi efficace que le médecin.

Le profil du tueur, quant à lui, se précise peu à peu. Un homme très religieux et très strict dont la famille le déçoit profondément en s’éloignant des valeurs de la foi. Il a essayé de lutter contre cette lente dérive de sa femme et de ses enfants vers la frivolité et les excès de la société de consommation mais rien n’y a fait. La seule solution pour sauver leurs âmes est de les exécuter. Mais sa famille n’est pas la seule à connaître ce sort. Il reproduit le même schéma plusieurs fois, selon le même rituel et toujours dans les conditions chaotiques d’une tempête ou d’un cyclone purificateur. La Nouvelle Orléans pendant ce monstrueux ouragan sera évidemment le cadre idéal pour une nouvelle exécution familiale. Une course contre la montre s’engage entre le groupe d’action du FBI et le tueur dans une ville ravagée par le vent et inondée par la rupture successive des digues et barrages. 

Après la Trilogie de la vallée du Batzán dont les intrigues se déroulaient au Pays Basque, Dolores Redondo offre à son enquêtrice un nouveau terrain d’action, chaotique à souhait, avec La Nouvelle Orléans défigurée par Katrina et permet au lecteur de mieux cerner la personnalité d’Amaia grâce à la perspicacité d’un agent du FBI capable de la comprendre et de mettre à profit ses compétences pour interrompre l’infernal parcours de celui qu’ils ont surnommé « le compositeur ». Bien sûr, beaucoup d’autres personnages, tout aussi hauts en couleur, constituent pour des raisons diverses et variées, l’univers dans lequel évoluent les enquêteurs. Dans ce maelstrom construit avec une efficacité redoutable, le lecteur ne s’ennuie pas une seconde…

Serge Cabrol 
(29/03/21)    



Retour
Sommaire
Noir & polar



Gallimard / Série Noire

(Janvier 2021)
688 pages - 20 €

Version numérique
14,99 €

Traduit de l'espagnol par
Anne Plantagenet





Dolores Redondo,

née en Espagne en 1969, est l’auteur de six romans dont la Trilogie de la vallée du Baztán reprise en Folio et adaptée au cinéma.


Bio-bibliographie
sur Wikipédia


Trilogie de la vallée
du Baztán