Retour l'accueil du site





Iván REPILA


Un bon féministe


Le féminisme, beaucoup en parlent mais il y a aussi de nombreuses fausses idées. Voilà une présentation très originale et une vision qui permet de se poser des questions. Suffit-il de se dire féministe pour l’être ? Comment peut-on lutter contre les différentes violences faites aux femmes ? Comment passer des belles paroles d’égalité entre les sexes à leur mise en pratique ?

Un homme découvre que ses deux colocataires ne respectent pas les femmes quand ils racontent qu’ils les filment à leur insu pendant l’amour. Il trouve cela odieux et ne leur parle plus. Dans sa propre famille, les hommes se retrouvent ensemble et les femmes sont de leur côté. Il est journaliste, parle de féminisme et se sent toujours à contre-courant.

Il a une relation amoureuse avec Najwa, féministe très engagée, mais il se sent mal à l’aise avec toutes ses ambiguïtés et ses doutes.

Qu’est-ce qu’un bon féministe ?
« DÉCALOGUE EN NÉGATIF
Un bon féministe n'a pas besoin de se dire féministe. Un bon féministe ne consomme pas de produits culturels qui dénigrent les femmes.
Un bon féministe ne collabore pas à des activités qui invisibilisent les femmes.
Un bon féministe ne dit pas à une femme ce qu'elle doit faire.
Un bon féministe n'interrompt pas une femme quand elle parle.
Un bon féministe ne plaint pas une femme pour son héritage historique.
Un bon féministe n'a pas de préjugés sur le sang menstruel.
Un bon féministe ne défend pas les différences essentialistes entre hommes et femmes.
Un bon féministe ne cesse jamais d'être féministe. Un bon féministe ne revient pas sur ce qu'il a dit. »

En secret, ce journaliste crée un compte Tweeter et envoie des messages très machos et antiféministes. Il se rend compte qu’il a de plus en plus d’abonnés. Il joue donc un double jeu, ambigu, qui soulève de nombreuses interrogations.

La deuxième partie du roman est centrée sur un conflit entre un groupe qui s’intitule L’état Phallique et des féministes puisqu’il les provoque régulièrement dans le but de les empêcher de s’exprimer. Ils utilisent des actions fortes et parfois violentes et les femmes vont réagir de plus en plus violemment.

Ce roman interroge sur les moyens de changer les représentations et le comportement des sociétés sur le rôle des femmes. La violence n’est-elle pas nécessaire à un moment pour vraiment casser l’ancien et permettre au renouveau d’exister ?

Ce point de vue décalé, parfois provocateur, permet de révéler toutes les contradictions qui existent dans chaque société grâce à une construction et une écriture qui maintiennent l’intérêt jusqu’à la fin.

Brigitte Aubonnet 
(04/02/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Iván  REPILA, Un bon féministe
Chambon

(Janvier 2021)
256 pages - 22

Version numérique
16,99


Traduit de l’espagnol
par Margot
Ngyuen Béraud








Iván Repila,
né à Bilbao en 1978,
est auteur, éditeur et administrateur culturel.
Un bon féministe est
son quatrième roman.