Retour à l'accueil du site





Céline RIPOLL & Orane SIGAL


La Danse de l’Oiseau


L’album La Danse de l’Oiseau est fabuleux. La légende qu’il présente est merveilleuse, la façon dont elle est contée puis illustrée est superbe.
Tant de qualificatifs élogieux pourraient paraître excessifs, et pourtant, ils ne sont pas usurpés.

Il n’est qu’à regarder la couverture pour saisir la beauté de l’illustration que nous offre Orane Sigal.
Il n’est qu’à lire le titre pour ressentir le souffle de liberté et de joyeuseté qui anime l’histoire écrite par Céline Ripoll.

En ouvrant cet album, après le sas vert lagon et bleu turquoise - à moins que ce ne soit l inverse -, le magnifique graphisme plonge le jeune lecteur dans un univers coloré et vibrant. Il est transporté au cœur des Îles Marquises.

D’entrée le paysage s’impose, luxuriant et vierge. Vierge comme la terre encore dépourvue d’humains, car il s’agit du monde à son commencement.

Le texte s’inscrit peu a peu dans ce paysage, il parle de chants, d’amours divines et de création.

Une création du monde, surtout lorsqu’elle s’annonce de toute beauté, voilà qui est de nature à attiser la curiosité !  L’épopée peut alors commencer...

Le cadre est universel et initiatique.
Il met en scène la nature et les hommes. Il est le théâtre de forces et de faiblesses. Il expose vertus et vices, harmonie et adversité.

Un oiseau majestueux « tourbillonne au milieu de l’invisible, ses ailes s’appuient sur le souffle des dieux, regarde, l’oiseau est là et vole devant nos yeux. »

Peut-on imaginer légende plus merveilleuse que celle qui s’inspire de la danse d’un oiseau évoluant dans l’air azuréen, survolant de paradisiaques contrées ?

Cette légende qui a longtemps nourri secrètement la mémoire du peuple océanien s’est ritualisée sous forme de danse, expression emblématique de ses racines.

Céline Ripoll s’est donné pour mission de transmettre la richesse et la profondeur des contes que les Marquisiens lui ont confiés avec générosité. Elle y parvient au travers de cet album avec grâce et poésie.

Le jeune héros est curieux, un trait de caractère qu’il partage sans doute avec son jeune lecteur. Il est amené à explorer le monde qui l’entoure et à élucider de sombres secrets. Messes basses, cachette, voyage et espionnage l’entraînent sur un terrain impressionnant, voire effrayant.

Un gigantesque face à face signe une aventure qui n’est pas une plaisanterie... Attention ! c’est pour lecteur aguerri !
Il faut être grand et courageux pour tourner les pages... mais ça tombe bien, puisque c’est le cas !
Et puis, heureusement c’est une histoire et l’on est bien à l’abri dans sa chambre ou dans le salon...

Mais voilà qu’un miracle se produit...
Évidemment, nous ne dévoilerons pas de quoi il s’agit.

Nous avons nos petits secrets nous aussi !

Catherine Arvel 
(12/05/21)    



Retour au
sommaire
Jeunesse








La Martinière

(Avril 2021)
Format 26,5 x 38 cm
40 pages - 16