Retour l'accueil du site





Luiz RUFFATO


Remords


Après 20 ans d’absence, Oséias, qui vit à São Paulo, décide d’entreprendre un pèlerinage dans sa ville natale de Cataguases, au centre du Minas Gerais (au nord du Brésil, ancienne région des mines d’or) pour tenter de retrouver une certaine identité, à la rencontre de ses deux sœurs, de son frère, et des visages familiers qui ont jalonné son enfance.

Luiz Ruffato nous trace le portrait d’un homme malade, mélancolique et proche de la mort, bien qu’à aucun moment sa maladie ne soit évoquée.

Dans son cheminement nostalgique, difficile mais indispensable pour affronter son passé et revoir les lieux où il a grandi heureux avec sa famille, des émigrés italiens pauvres, Oséias est souvent déconcerté, désemparé parfois, déçu.

Au travers de ses constatations se dessine un pays, le Brésil, en proie à la pauvreté, la violence et la corruption, où le fossé entre les classes sociales s’est agrandi, où les liens qui unissaient les familles se sont délités, à cause du déclin économique.

Le texte est d’une grande puissance narrative, construit avec des mots simples et des répétitions de certaines actions multi-quotidiennes. Parfois, les phrases ne sont pas finies, car la pensée d’Oséias est interrompue par un interlocuteur, ou bien son rêve s’arrête par un réveil en sursaut.

Une écriture assez dense, sans pause, facile à reprendre même arrêtée en pleine page.
Un auteur loin de tout réalisme magique, singulier et sincère qui possède sa propre voix et n’autorise aucune concession, au style très personnel envoûtant.

« Toute histoire est un remords. »
Triste et émouvant à la fois.
Une agréable et belle découverte !

Nicole Martin-Caïdos 
(27/05/21)    



Retour
Sommaire
Lectures








Luiz RUFFATO, Remords
Métailié

(Avril 2021)
240 pages - 20

Version numérique
14,99


Traduit du brésilien par
Hubert Tézenas



Luiz Ruffato,
né au Brésil en 1961,
a été ouvrier, puis journaliste et critique littéraire. Il a publié une quinzaine de livres (nouvelles, romans, poésie).


Bio-bibliographie
sur Wikipédia