Retour à l'accueil du site






Anne TERRIER

La malédiction de l’Indien

Le 8 mai 1902, une terrible éruption de la montagne Pelée détruit entièrement la ville de Saint-Pierre, située au nord de la Martinique.

Anne Terrier, la nièce de l’écrivain Edouard Glissant, revient sur l’histoire de sa famille qui a été en grande partie décimée lors de cette catastrophe.

« L'histoire de notre famille, originaire de Saint-Pierre, est traversée des mêmes soubresauts que l'histoire de la Martinique. En apparence, tout va bien ; mais en sous-sol, ça travaille, ça craque, ça bouillonne tel un volcan. Il fait semblant de dormir durant des siècles ou des décennies, puis viennent les alertes, les grondements sourds, les signes avant-coureurs que personne ne voit ou ne veut voir, fumerolles venues des profondeurs. L'amour se dissout dans l'eau bouillante du cratère d'où s'échappent d'inquiétantes vapeurs. Jusqu'au jour où se produit une explosion cataclysmique qui laisse s'échapper la lave dévastatrice. Viennent ensuite les ricochets, les répliques qui, bien que douloureuses, achèvent de régler la question. C'est seulement alors que la voie est dégagée pour les générations futures. »

 En effet, le volcan a grondé longuement avant de provoquer la mort de 28000 personnes puis de 1300 autres, un mois plus tard.

Des familles entières ont été décimées. Il y a eu un mouvement de solidarité venu du monde entier mais de nombreux dysfonctionnements sont apparus dans la gestion des secours et des rumeurs ont circulé notamment sur la responsabilité des autorités qui n’auraient pas voulu faire évacuer la ville car il y avait des élections législatives en préparation et certains hommes politiques comptaient sur le vote des habitants.

La grand-mère d’Anne Terrier, Passion, a vécu cette terrible épreuve avec la mort de son père qui a bouleversé l’orientation de sa vie, elle qui voulait faire des études de médecine. Elle a quitté la Martinique puis est revenue y vivre une fois mariée mais sa vie ne correspondait pas à ses ambitions. Cela influencera l’attitude qu’elle aura envers sa famille, notamment ses enfants.

« Mais j'avais sans doute enregistré quelque part dans mon inconscient cette chose étrange : parmi les centaines de photos de famille – les unes rangées dans des albums, mais la plupart en vrac, dans des boîtes – que possédait ma mère, la photo de ma grand-mère n'apparaît jamais. »

C’est un témoignage passionnant qui nous permet de comprendre ce qu’ont vécu de nombreuses familles et quelles sont les relations complexes entre la métropole et la Martinique.

Brigitte Aubonnet 
(01/10/21)    



Retour
Sommaire
Lectures







Anne TERRIER, La malédiction de l’Indien
Gallimard

Continents Noirs
(Septembre 2021)
216 pages - 19









Anne Terrier

La malédiction de l’Indien est son premier roman.


Visiter son site : www.anneterrier.com