Retour à l'accueil du site





Fanny VANDERMEERSCH


Là où tu iras



Jusqu’où peut mener l’emprise exercée par un pervers narcissique ? C’est ce que découvre un lycéen, Théo, au fil de ce court roman oscillant entre un présent chaotique et des événements qui se sont produits « quelques mois plus tôt ».

La frontière entre ces deux époques est contenue dans le prologue où deux garçons, Kim et Théo, fument une cigarette, assis sur le bord d’un toit. Ils ont décidé d’en finir avec la vie pour être « enfin libres ». Ils se lèvent, se donnent la main, commencent un compte à rebours mais lorsqu’ils arrivent au bout, Kim saute, Théo ne peut pas.

On ne saura qu’en fin d’ouvrage ce qu’est devenu Kim. Théo, lui, est choqué, traumatisé par cette expérience. A-t-il été lâche ou raisonnable ? La réponse est liée à d’autres questions : comment et pourquoi en est-il arrivé là, sur ce toit, prêt à sauter ?

De chapitre en chapitre, Théo revoit le déroulement de cette troublante histoire, depuis la première rencontre avec Kim.

À ce moment-là, son questionnement concernait Capucine, sa copine depuis le plus jeune âge, qui depuis quelque temps, semblait attendre autre chose, un dépassement de leur relation amicale. Il a choisi de la suivre sur cette voie et s’est décidé à l’embrasser.

Et c’est là qu’arrive un garçon étrange, solitaire et mystérieux, qui a quitté une école de musique pour intégrer le lycée.
Théo est tout de suite troublé par sa démarche, sa silhouette, son regard, son demi-sourire et il est tout étonné quand cet être fascinant et presque aérien, vient s’asseoir près de lui pour lui parler de musique et lui propose de venir en écouter chez lui et même de lui apprendre à jouer de la guitare.

Théo, qui vit seul avec sa mère caissière dans un supermarché, est épaté aussi par la maison de Kim, entourée d’un grand jardin. Ses deux parents sont députés, très à l’aise financièrement mais souvent absents. La chambre aussi est impressionnante. « Un vidéoprojecteur, installé au plafond au centre de la pièce, projette sur un mur une image figée d'un groupe de rock américain. Des enceintes sont fixées de chaque côté de l'écran. Les canapés en cuir semblent ne pas avoir beaucoup servi, et attendre qu'on s'installe dessus. » Ce luxe fait entrer Théo dans un nouveau monde. De plus, Kim joue merveilleusement de la guitare, Théo est subjugué.

Peu à peu, Kim le coupe de Capucine et de ses amis qui « ne le méritent pas », il l’isole, le flatte, l’enferme dans une relation exclusive basée sur la sincérité. Il faut tout se dire et Kim a toujours les mots pour consoler, rassurer, encourager, séduire et convaincre.

Capucine ne le reconnaît plus, ses amis s’étonnent de son homosexualité. Théo les fuit et sa colère le rapproche de Kim.

Comment tout cela va-t-il finir ? Il faut lire pour savoir. Les rebondissements ne manquent pas…

Ce roman très salutaire montre bien, concrètement, comment l’emprise de Kim s’exerce peu à peu sur Théo. Un sujet important traité avec clarté, où les lecteurs découvriront les attitudes et propos de Kim, à la fois doux et autoritaire, alternant compliments et réprimandes, capable de rompre et remplacer tout ce qui attachait Théo à ses proches et l’entraîner dans son délire mortifère.  À lire et conseiller sans hésitation !

Serge Cabrol 
(02/12/21)    



Retour au
sommaire
Jeunesse








Le Muscadier

Collection Rester vivant
(Septembre 2021)
88 pages - 10,50










Fanny Vandermeersch




Visiter son blog
Les billets de Fanny




Découvrir sur notre site
d'autres livres
de la même autrice :

Phobie

Dysfférent