Retour à l'accueil du site





Raphaël AUBERT

Qu’une seule âme sur la Terre

Un homme est en quête d’informations sur son histoire personnelle et sur ce qu’a vécu sa mère, il y a de nombreuses années. Les périodes de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide avant la chute du mur de Berlin interviennent dans ces méandres du passé.

Ce roman est très lié à la musique puisqu’il est construit autour d’Antonin Tcherniakovski, violoniste polono-russe qui a donné des cours de violon à Alberte, la mère du narrateur. Antonin et Alberte ont été proches et le narrateur l’a croisé plusieurs fois dans son enfance mais sa mère a toujours été mystérieuse. Pour lui, Antonin était « l’inconnu de mon enfance ».

Nous voyageons dans l’espace et dans le temps, de Bayreuth en 1951 à Berlin en 2000, Rome en 1999, Lucerne en 1998 et Mézières en 1950.

Le narrateur écoute à Bayreuth, en 1951, la 9e Symphonie de Beethoven qui lui rappelle le concert auquel il a assisté en 1942.
« La capitulation de l'Allemagne, suivie de l'occupation du pays, avait signifié la fin du festival, devenu au fil des ans l'une des vitrines de la propagande artistique du régime nazi. […]
Beaucoup prédisaient alors que jamais le festival ne renaîtrait de ses cendres. D'autant que la famille Wagner, largement compromise avec le régime nazi, s'était vu dessaisir de tous ses biens. Et puis le vent avait tourné. »

Le souvenir d’Antonin Tcherniakovski, passionné de musique, l’encourage à replonger dans le passé. En retournant à Rome où il l’avait rencontré, une lettre de sa sœur, Ana, lui est remise. Elle lui demande de venir à Berlin car elle a des révélations à lui faire.

« Si j'y suis revenu, c'est pour autre chose. Ou plutôt à cause de quelqu'un.
Pour retrouver une présence, une ombre. Une trace.
Celle d'un homme, un violoniste polono-russe, officier dans l'armée soviétique, qui, aussi étrange que cela puisse paraître, a beaucoup compté, à présent je le sais, dans la vie de ma mère. Et, par conséquent, dans la mienne aussi, même si je n'ai guère connu cet homme et qu'en vérité nous nous sommes seulement croisés. »

Nous découvrons peu à peu, ces périodes troubles de la guerre et de l’après-guerre qui interviennent dans la vie des personnes qui aimeraient vivre leur passion hors de ces moments monstrueux.

Le narrateur est face à de nombreux mystères. Pourra-t-il reconstruire les parts d’ombre ? L’écriture allie les mots et la musique pour mener cette recherche dans le temps et l’espace. Ce roman nous interroge sur les origines de chacun et le mélange du passé et du présent qui peut parfois en partie nous échapper.

Brigitte Aubonnet 
(02/05/22)    



Retour
Sommaire
Lectures







Raphaël  AUBERT, Qu’une seule âme sur la Terre
Buchet-Chastel

(Mars 2022)
224 pages - 18

Version numérique
14,99









Raphaël Aubert,
né en Suisse en 1953, journaliste et écrivain, a publié une vingtaine de livres (essais et romans).