Retour à l'accueil du site






Patricia BOUCHENOT-DECHIN

J'ai l'énergie d'une lionne
dans un corps d'oiseau


            L'évocation du nom de Rosa Bonheur renvoie bien souvent dans la brume de nos souvenirs à des tableaux représentant des animaux :  des vaches, des chevaux, des moutons, des scènes de travaux des champs. C'est que dans les années 1950, tous les livres de lecture des écoliers de la campagne étaient illustrés d'une reproduction d'un tableau intitulé : « Rosa Bonheur - Labourage nivernais ». "Rosa Bonheur" accolé à "Labourage nivernais" évoquait à la fois une idée de bonheur champêtre et de sérénité et accentuait la puissance réaliste du tableau : « Des bœufs magnifiques, puissants et paisibles, attelés par six, associés deux par deux tirant une charrue à peine visible. La présence de l'homme et du soc qui enfonce profondément à chaque pas ne se devine qu'au soulèvement des mottes de terre sombre, profonde et riche. Un bouvier marche à leur suite, la badine symboliquement à la main, tant les animaux connaissent leur place, leur tâche et l'accomplissent sereinement ».

            Mais qui est cette femme peintre dont on commémore cette année le bicentenaire de la naissance au travers de nombreuses expositions ?  Le livre de Patricia Bouchenot-Dechin vient opportunément nous éclairer sur l'œuvre et la vie romanesque de cette artiste tombée dans l'oubli. Ce roman de la vie Rosa Bonheur (il s'agit bien d'un roman et non d'une biographie) retrace chronologiquement son parcours depuis sa naissance à Bordeaux en 1822 dans une famille de peintres jusqu'à sa mort en 1899 au château de Thomery. Ce livre nous plonge aussi dans l'histoire du XIXe et son cortège de préjugés et c'est dans ce contexte que nous allons suivre Rosa.

            Son enfance dans une famille où l'égalité entre les hommes et les femmes est la règle marquera sa ligne de conduite. L'apprentissage du dessin et de la peinture auprès de son père et dans des écoles d'art à Paris où un certificat de travestissement délivré par le préfet lui sera nécessaire pour être autorisée à porter des pantalons et travailler avec des garçons ! Très vite son travail sera remarqué et couronné de succès et de récompenses lors d'expositions. La reconnaissance et la consécration seront vite au rendez-vous : Son grand tableau « Le marché aux chevaux » sera présenté au salon de 1853 et des commandes de l'Etat via le Duc de Morny vont suivre dont « La fenaison en Auvergne ». Bref, sa renommée est devenue internationale et aujourd'hui des musées du monde entier possèdent ses tableaux.

            Patricia Bouchenot-Dechin nous fera aussi découvrir les rencontres de Rosa, rencontre déterminante comme celle de Nathalie Micas qui sera pendant cinquante ans sa compagne. Voyage et rencontre en Angleterre de Sir Edwin Landseer, peintre et sculpteur dont les lions en bronze trônent toujours à Trafalgar Square, rencontre avec David d'Angers, et bien d'autres…

            La peinture animalière de Rosa Bonheur a été largement supplantée par les mouvements artistiques de la fin du XIXe siècle et elle est aujourd'hui un peu tombée dans l'oubli. Néanmoins son énergie de lionne dans un corps d'oiseau témoigne de la vigueur extraordinaire de cette femme dont les combats pour l'égalité hommes/femmes, sa passion pour les animaux, son regard sur la nature demeurent des combats contemporains et ce livre en est une belle démonstration.

Yves Dutier 
(25/03/22)    



Retour
Sommaire
Lectures









Patricia BOUCHENOT-DECHIN, J'ai l'énergie d'une  lionne dans un corps d'oiseau
Albin Michel

384 pages - 20

Version numérique
13,99










Patricia
Bouchenot-Déchin,

historienne et écrivaine, conseillère scientifique chargée de la restauration du parc du château Rosa Bonheur à Thomery (77),
a déjà publié une dizaine
de livres.