Retour à l'accueil du site





Chang KUO-LI


Le sniper, le Président et la triade


Chang Kuo-li, auteur taiwanais, nous invite à mieux découvrir son pays en accompagnant ses personnages dans des aventures trépidantes certes, mais qui ne les empêchent pas de se restaurer pour mieux tenir le rythme. La gastronomie occupe une place importante dans l’univers créé par l’auteur.

Mais outre l’atmosphère de Taipei, l’auteur met en scène des personnages récurrents qu’on suit avec plaisir, notamment le sniper Alex Lee (ou Ai Li), son ami Wu, policier à la retraite devenu détective en assurance, et quelques autres dont le vieux Mo, ancien mafieux rangé des voitures (mais toujours bien informé), et la belle Lo Fen-ying, sniper elle aussi, dont Qi Li est amoureux…

Et puis bien sûr il y a l’intrigue qui démarre sur les chapeaux de roues dès la première phrase : « Le Président fut touché par balle à 9h17 précises. »
Hsü Huo-sheng, candidat à sa réélection pour un deuxième mandat, circule debout dans une voiture décapotable pour faire campagne dans les rues de Taipei quand il s’écroule, la main crispée sur l’abdomen et pleine de sang. Parmi les pétards qui explosaient dans la rue difficile d’identifier une éventuelle détonation.

À partir de là, beaucoup de questions vont se poser – qui ? pourquoi ? comment ? – et les premières réponses sont très confuses.
Un sniper était présent dans une chambre d’hôtel mais les douilles retrouvées sur place ne correspondent pas au projectile qui a blessé le président.
Ai Li, le héros de la série dont ce roman est le deuxième volume, était bien dans la rue au moment de l’attentat mais sur le trottoir, pas à une fenêtre. Il avait rendez-vous avec Wu qui n’est pas venu. Wu lui révélera plus tard que ce n’est pas lui qui a fixé ce rendez-vous. C’était donc un piège pour attirer Ai Li sur les lieux. Piège monté par qui et pourquoi ?

À l’hôpital, les soignants sont dubitatifs. La plaie est sans gravité et une balle de petit calibre est retrouvée dans la doublure de sa veste. Étrange pour un attentat. Cela ressemble beaucoup à une mise en scène. Pourquoi voudrait-on faire accuser Ai Li d’un faux attentat et qui est vraiment derrière tout ça ? Wu se heurte aux policiers en fonction qui le renvoient à ses assurances mais c’est mal le connaître que de croire qu’il pourrait se désintéresser d’une si belle affaire…
 
Ai Li, grâce aux informations de Wu, se lance sur les traces du sniper qui n’a pas tiré mais qui a laissé, volontairement sans doute, des douilles suffisamment identifiables pour offrir une piste à suivre.

Comme l’indique le titre, une triade joue un rôle important dans cette histoire. C’est le groupe des Quatre Mers dirigé par un vieillard en fauteuil roulant qui tire les ficelles de cette élection, jouant avec les deux candidats pour placer le maximum d’hommes aux postes stratégiques du pouvoir.

Ai Li va devoir faire preuve de finesse et de beaucoup de courage pour éviter les pièges de la police et de la triade.  Heureusement qu’il a son réseau d’amis pour l’aider dans sa tâche.

Chang Kuo-Li fait œuvre de fiction bien sûr mais Taiwan a connu en 2004 une histoire assez proche où le président Chen Shui-bian a été soupçonné d’avoir simulé un attentat pour être réélu avant d’être jugé pour corruption et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Voilà un passionnant roman qui nous donne un aperçu de la vie taiwanaise…

Serge Cabrol 
(21/11/22)    



Retour
Sommaire
Noir & polar







Chang KUO-LI, Le sniper, le Président et la triade
Série Noire
(Septembre 2022)
450 pages - 21

Version numérique
14,99


Traduit du mandarin
(Taïwan) par
Alexis Brossollet






Chang Kuo-Li,

né en 1955, vit àTaïwan.
Il a publié une trentaine de livres. Historien, poète et dramaturge, il est également critique gastronomique. Son précédent roman, Le sniper, son wok et son fusil (Gallimard, 2021) a aussi paru chez Folio.


Chang KUO-LI, Le sniper, son wok et son fusil