Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Fabrice PATAUT

Les Beaux Jours


Les Beaux Jours, recueil de nouvelles de Fabrice Pataut est aussi élégant qu’étrange, et pour cela même, délicieux.
Délicieux tel une succulente pâtisserie dont la richesse des ingrédients, la délicatesse de l’assemblage, le parfum des senteurs, seraient les promesses certaines d’une montée subite et couplée de la glycémie et du cholestérol en une émulsion fantastique du plaisir des sens.

Des adresses, rue Vanneau, rue Saint-Romain, rue Delabordère, l’île Saint-Louis… sont le fil conducteur d’une sorte d’autobiographie, – qu’importe puisqu’elle relève d’une universalité propre à certaines enfances – morcelée, dessinée, échos d’un passé, où la figure de l’écrivain se profile, se sculpte, se pare de son enveloppe circonstancielle, d’un masque d’élégance, de raffinement qui touche aussi bien le corps que l’esprit.
Entre dessins et écriture, ces années défilent et viennent souligner par leur sourire tenu, la nudité féroce du sujet : un monde en marge, aussi absurde que grotesque sous la teinte d’une dérision irréprochable.

« J’allais adopter le style détaché, mais Lydia m’en dissuada tout de suite de la pointe du pied, lequel, subitement déchaussé, s’appuya mollement contre ma chaussette avec la ferme intention de rester là à goûter la douceur du fil d’Ecosse. »

« Morsures », « Une nuit chez Conrad », « L’échange manqué »… les nouvelles qui constituent Les Beaux Jours, soulignent une seule évidence, occulte sous la beauté de l’instant : la bascule est toujours au détour d’une phrase et souvent le diable revêt les ailes de l’ange.

Marie Luise D’Orcisto 
(20/09/22)    



Retour
Sommaire
Lectures







Fabrice PATAUT, Les  Beaux Jours
Héliopoles

(Octobre 2022)
192 pages - 15