Retour l'accueil du site





Pénélope ROSE


Valse fauve

Un premier roman qui peut raconter une époque, mais surtout qui parle des actes et sentiments avec une originalité qui en se découvrant, étonne et interpelle nos images qui vont être replongées dans un passé de guerre…
L’héroïne, Rose a dix-neuf ans. Après avoir a vécu une épreuve douloureuse, elle annonce : « Déjà si jeune, j’avais le talent d’effacer tout ce qui pouvait entraver ma joie ». Revenue ensuite vivre chez sa mère, cette dernière ne peut s’empêcher de lui dire : « Va falloir changer cette démarche, bon sang, Rose ! Dix-neuf ans que tu te dandines comme un oisillon blessé ». Alors que la plupart des hommes qu’elle pourrait fréquenter sont partis à la guerre contre « les salauds » (ainsi nommés durant tout le livre), elle va néanmoins aller au bal pour ne pas la décevoir. Et là elle rencontre un homme dont elle tombe amoureuse. C’est un accordéoniste que cet André appelé « Le Petit Vannier » : « Des yeux gris et vert et jaune et noir, dignes d’un oiseau de chasse, et une odeur étrange, comme un parfum de vacances. La première fois que j’ai vu cet homme c’est cela qui m’est apparu : un épervier en vacances ». Après une période d’attente, où elle fait connaissance du vannier et de son oseraie, ils se marient, et ce dernier pourra alors lui confier sa fille, Michèle, une enfant laissée par sa mère dans un orphelinat et ainsi devenue légitime. Après une période dense et heureuse d’amour réciproque, « Le Petit Vannier » décide de servir son pays en allant rejoindre « les Insurgés » et Rose reste donc avec la petite fille à qui elle s’attache et qui s’attache à elle.
« Je ne voyais pas la guerre. Elle n’était rien d’autre qu’un départ et une liste à tenir pour supporter l’absence de mon mari. »

Ecrit à la première personne, ce roman raconte donc les aventures, sentiments etréflexions de cette femme devenue mère, avec ses rebondissements. L’écriture semble alors intime. La personnalité de l’héroïne nous interpelle, qui va au fil des années et des épreuves, évoluer, prendre des décisions importantes, et assumer ses actes avec un certain courage …
Rose comme sa fille sont des personnages à part entière, confrontées aux aléas d’une période de l’histoire.
Mais le plus remarquable dans ce premier roman, c’est que les phrases semblent arriver tout simplement alors qu’elles sont riches d’images originales, comme si ces dernières savaient se glisser naturellement au cours de l’écriture, afin de mieux faire « voir » ou « entendre », et bien sûr, comprendre…
Et nous réserver bien des surprises. Par exemple lorsque Rose amènera sa fille à Paris passer une audition, elle prendra alors des décisions qui pourront étonner… mais c’est la guerre, le pays est occupé, et le « Petit Vannier » ne donne toujours pas signe de vie… Le temps passe… « Quatre ans à vivre avec le souvenir de ses baisers, et les histoires farfelues que je racontais à Michelle. J’inventais. Je commençais presque à me perdre entre le vrai et le faux. À confondre ce qu’il était avec ce que je me tuais à imaginer de lui. Il était absent. Il était juste absent. Quatre ans. »

Roman en trois parties, ou trois temps… comme la valse du titre, avec les réflexions de Rose, au cours de ce parcours étonnant qui a l’air d’inspirer son écriture : « Mes choix, mes rêves, mes bagarres, la ferme, mon aversion pour le mariage, ma haine envers les hommes, ma haine envers les femmes qui désirent leur plaire, mon amour pour André le différent, mon mariage avec André le vaillant, la rencontre avec et le départ d’André l’insondable et ma petite fille orpheline dans les rues de la capitale. Est-ce qu’une seule de ces choses m’appartenait vraiment ? »
Roman féministe aussi où dès le début elle s’exprime ainsi : « Et je lui avais parlé des hommes à qui on laissait faire plus de choses qu’aux femmes. J’avais bon nombre d’exemples pour y avoir bien réfléchi. ».
Mais surtout roman plein d’intuitions et de perles littéraires, et cette foule de détails pour nous embarquer, ou nous faire changer d’angle de vue.
Serait-il construit comme une valse qui nous emporterait ? Avec le premier temps plus long que le deuxième et le deuxième plus long que le troisième ? Pour alors réussir à nous faire tourner la tête… ?
Car elle tourne, mais avec l’envie de continuer cette valse à trois temps…

Anne-Marie Boisson 
(16/09/22)    



Retour
Sommaire
Lectures







Pénélope ROSE, Valse fauve
Plon

(Août 2022)
272 pages - 20













Pénélope Rose
est aussi comédienne.


Bio-filmographie
sur Wikipédia


Valse fauve
est
son premier roman.