Retour à l'accueil du site





Pétronille ROSTAGNAT


J’aurais aimé te tuer


La vengeance est un plat qui se mange froid mais un plat rarement aussi sophistiqué que celui qui nous est proposé ici. Pétronille Rostagnat nous a concocté un menu de grande gastronomie. On comprend très vite qu’il s’agit d’une histoire de vengeance : « Il allait payer pour tout ce qu’il avait fait. » Mais quant à savoir qui est ce « il » et ce qu’il a pu faire, comme le policier chargé de l’enquête, nous ne sommes pas au bout de nos surprises et des rebondissements…

Tout commence avec une jeune femme, Laura, qui se présente au commissariat pour s’accuser du meurtre d’un homme. Elle faisait des heures de ménage chez Bruno Delaunay, il a tenté de la violer. Elle s’est défendue et l’a tué à coups de fer à repasser. En le tirant sur un tapis, elle a transporté son corps dans le jardin et l’a fait brûler.

C’est le commandant Damien Deguire qui la reçoit, prend sa déposition et la met en garde à vue. En alternance avec Laura, nous allons suivre le commandant dans son enquête comme dans sa vie personnelle. Pour soulager son épouse, c’est lui qui assure le biberon de trois heures du matin, un moment privilégié où il prend un plaisir infini à tenir contre lui le corps tout chaud de son bébé. Mais, évidemment, les nuits sont courtes et les réveils difficiles.

A priori, tout semble clair dans cette histoire mais ce n’est qu’une illusion. En réalité ce ne sont que les premières étapes d’un plan machiavélique dont nous découvrons peu à peu les méandres avec le commandant puisque Laura, quant à elle, n’explique rien et s’en tient à ses premières déclarations même si elles ne correspondent pas aux investigations.

En effet, les policiers trouvent les restes d’un feu dans le jardin de la propriété mais pas trace d’un corps. Delaunay a bien disparu mais pas comme l’a indiqué Laura. Damien Deguire ne comprend pas et il n’aime pas ne pas comprendre ! Laura précise que dans un premier temps, avant d’avoir des remords et de venir se dénoncer, elle a voulu simuler un déplacement professionnel de Delaunay : elle a emmené la voiture de sa victime à Aix-en-Provence et utilisé sa carte de crédit pour faire croire qu’il était toujours vivant. Cette partie de ses déclarations se révèlent exactes. Mais alors où est son corps ?

Et d’abord qui est ce Bruno Delaunay ? L’enquête fournit peu d’informations sur lui, c’est déjà étrange. Un agent immobilier sans histoires, semble-t-il. Mais une identité peut en cacher une autre et l’affaire ne cesse de se compliquer. Finalement, dans la maison de l’agent immobilier, on trouve bien un cadavre enterré mais c’est celui d’une femme. D’où vient-elle ? Qui est-elle ? Mystères…

Tout s’éclaircira bien sûr mais seulement à la fin et nous comprendrons toutes les étapes du plan machiavélique que Laura a échafaudé pour se venger. Ce roman est un véritable travail d’orfèvre. Toutes les pièces du puzzle complètent peu à peu l’image générale mais en créant ici et là des détails trompeurs qui ne révèlent leur véritable sens qu’une fois l’ensemble abouti. Un beau travail de construction et d’écriture.

Serge Cabrol 
(17/02/22)    



Retour
Sommaire
Noir & polar







Pétronille ROSTAGNAT, J’aurais aimé te tuer
Marabout

Black Lab
(Février 2022)
256 pages - 19,90

Version numérique
14,99







Pétronille Rostagnat,
née à Nice en 1980,
a passé dix ans à Shanghai et Dubaï avant de revenir en France et se consacrer à l’écriture. J’aurais aimé te tuer
est son sixième roman.


Bio-bibliographie
sur son site :
www.petronille-
rostagnat.com