Retour à l'accueil du site





Pascal THIRIET


Vos entrailles à nos chiens


Voilà un polar qui ne ressemble pas aux polars de la télévision, aucun des clichés habituels, de la fantaisie, de l’imagination. On est presque dans le réalisme magique.

L’histoire se passe dans une île qui évoque la Corse à plus d’un titre : nature sauvage que les habitants sont prêts à sauvegarder par tous les moyens, pas de bavardage inutile, de la solidarité discrète et efficace même envers des suspects.
Lydia revient au bercail après un séjour aux États-Unis qui s’est terminé en prison. Elle avait consommé des drogues branchées et sous leur emprise elle avait blessé son partenaire, qui n’était autre que son patron, le patron de la banque PEAR, numéro trois de la banque hors-sol.
Elle vit chez Patricia et Inca, l’une est sa mère, l’autre est la femme de Bartolomé, le maire du village, qui était le grand ami de son père, Jean. Lydia aime chasser, sanglier ou petit gibier. Mais la chasse prend parfois une tournure différente et ce sont des randonneurs qui deviennent la proie du chasseur.
Andrea est un personnage important, il est chasseur en rêve. Il n’a que douze ans mais ce sont ses rêves qui décident de la prochaine victime. Il rêve qu’il part à la chasse et revient avec un animal dont le visage est celui de la personne qui va mourir.
Dans ce polar étrange, les animaux parlent et communiquent avec les humains.
Pourquoi ces meurtres ? Qui en est le commanditaire ? Dans quel but ?

Quelques formules succulentes réjouissent le lecteur :
« Olivier ne faisait pas de politique, c’est-à-dire qu’il oscillait entre la droite molle et la gauche tiède. »
Alors que Lydia caresse un de ses chiens, l’autre regarde ailleurs. « Les chiens d’ici sont des chiens pudiques. »

Pascal Thiriet dépeint une montagne et des animaux qui protègent Lydia, mettent en déroute la police, guident pas à pas sa fuite. Lydia connaît cette montagne, ses cours d’eau au point de faire corps avec eux. Elle a tissé des relations intimes avec son environnement.
La beauté de cette île dépend de la préservation de ses terres. Les touristes et les promoteurs ne sont pas les bienvenus. C’est de ce côté que les juges vont enquêter. Des juges heureux de vivre, amoureux de leur maîtresse, bien dans leur peau. Décidément, tout est surprenant dans ce polar…

Nadine Dutier 
(31/10/22)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Éditions Jigal
(Septembre 2022)
176 pages - 17,50






Pascal Thiriet

Bio-bibliographie
sur le site
Jigal



Découvrir sur notre site
d'autres romans
du même auteur :

Faut que tu viennes

Au nom du fric