Retour l'accueil du site





Yrsa SIGURÐARDÓTTIR


Le trou


Sur la baie, entre deux rochers, autrefois lieu d'exécution, juste en face de la résidence présidentielle où réside justement un hôte chinois de marque, se balance un pendu.

On fait alors la connaissance avec l’équipe de police chargée de nettoyer rapidement ce peu ragoûtant paysage. Les policiers ne sont pas vraiment à leur avantage. La chef, Erla, est sur les dents mais on apprend très vite qu'elle s'énerve souvent et qu'elle parle comme un charretier quand elle est trop énervée. Huldar, amant d’un jour d’Erla, se fait souvent rembarrer par elle alors qu'il essaie de la ménager et se sent moins à l'aise avec son coéquipier Guðlaugur depuis que ce dernier lui a confié son homosexualité. Enfin, Lína, jeune stagiaire toute fraîche émoulue de son école de police, agace fortement Erna mais attendrit Huldar, ce qui agace encore plus la chef !

Si j'insiste sur l'équipe en présence, c’est que l'enquête est longue et que si nous, lecteurs, en savons toujours un peu plus que la police, nous allons bien patauger à leurs côtés et voir avec eux la multiplicité des pistes possibles qui petit à petit va se réduire pour amener au dénouement. Surtout que ces policiers, présentés comme des balourds au début, jouent de malchance et que ce pendu, qu’ils croyaient suicidé, a un clou planté dans la poitrine ; mais du message qu'il affichait ne reste qu'un bout de papier inutilisable.

Tous les éléments présents vont se révéler incohérents ou n’ayant absolument aucun rapport entre eux. Par exemple, au moment où Huldar et Lína sonnent à la porte du jeune pendu sapé comme un milord, à la montre luxueuse et dont on a retrouvé le portefeuille et par conséquent l'identité mais bizarrement ni clés ni portable, Freyja, ex-petite amie qu’Huldar aimerait bien reconquérir, leur ouvre la porte ! Travaillant à la Protection de l'Enfance, elle et son collègue se sont rendus, sur appel téléphonique, dans un appartement cossu d'un riche quartier où ils ont découvert un petit garçon de trois ou quatre ans, seul et ne sachant absolument pas ce qu'il fait là, dans cet endroit qu'il n'a jamais vu avant.

Les enquêteurs vont mettre à peu près trois cents pages à expliciter le lien entre cet enfant et le pendu. C'est d'ailleurs tout le charme de ce polar (si on peut parler de charme à propos d'une histoire qui va se révéler atrocement abjecte) de voir patauger les enquêteurs, et en tant que lecteur d’être aussi perdu même si la narration nous réserve des chapitres entiers en "aparté" comme cet anniversaire d’une fillette dont le père regarde en douce sur son portable une vidéo où on voit Helgi sur le point d'être pendu. Attention lecteur, chaque détail compte, souviens-toi par exemple du grand paquet cadeau dans l'appartement vide et luxueux de ce même Helgi ! Les policiers et le lecteur vont finir par trouver une place à tous ces éléments disparates dans un tableau peu reluisant.

Ça donne envie de retrouver notre chef Erla, bourrue mais efficace, et notre Huldar au cœur tendre dans les trois enquêtes précédentes de la même machiavélique et brillante écrivaine islandaise !

Sylvie Lansade 
(30/05/22)    



Retour
Sommaire
Noir & polar







Yrsa SIGURÐARDÓTTIR,  Le trou
Actes Sud

Collection Actes Noirs
(Mars 2022)
336 pages - 22,80

Version numérique
16,99


Traduit de l’islandais par
Catherine MERCY
&
Véronique MERCY








Yrsa Sigurðardóttir
née en 1963 à Reykjavik, a publié une vingtaine de livres pour la jeunesse
ou les adultes.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia