Retour l'accueil du site





Pierre CHAZAL

C’était demain


Pour son quatrième roman, Pierre Chazal nous offre un voyage dans le futur, dans un « monde d’après » issu de deux pandémies, un monde où les mesures de précautions de la crise du Covid ont été reconduites et amplifiées pour la deuxième. Un avant-propos présente clairement la situation mondiale et le personnage principal du roman.
« Année 2122 : Mare del Sol, île-cité des Baléares. Sur fond d'instabilité chronique et d'enlisement sociétal, un mystérieux parti transnational a réussi le tour de force d'accéder au pouvoir sur les trois quarts de la planète pour mettre en œuvre les principes implacables de la révolution arc-en-ciel.
Incarcéré pendant soixante-sept années dans l'une des zones de quarantaine conçues pour isoler de la société les réfractaires au nouveau progrès, Henri Lafleur se voit offrir une nouvelle vie par les bonnes grâces de Steve Longsdale, l'influent technocrate à qui il doit sa libération... »

Pourquoi est-il libéré alors que des millions de personnes de par le monde restent isolées dans des zones de quarantaine ? Diverses réponses lui viennent à l’esprit mais la véritable raison, la mission qu’on lui confie, il ne l’apprendra comme nous qu’à la fin du livre…

Au fil des chapitres, nous suivons Henri Lafleur dans ses déambulations sur l’île, ses réflexions, ses rencontres, ses entretiens avec son référent.

Ses réflexions, ce sont surtout ses souvenirs. Il a été incarcéré très jeune avec ses parents qui sont morts dans la « zone de quarantaine ». Quant à lui « qui pouvait dire s’il avait seulement vécu ? À la façon d’un lionceau élevé dans un zoo il n’avait connu quasiment rien d’autre que la routine et l’ennui de la vie en captivité – et n’avait de la vie sauvage qu’une préscience instinctive ? »
Il doit apprendre tous les nouveaux codes du quotidien. Parler le moins possible, garder ses distances, être toujours localisable et joignable, respecter les zones non mixtes dans les transports en commun… Toute infraction lui coûterait des points sur son « carnet numérique de citoyenneté ».
Ses réflexions, c’est aussi la compréhension – par recoupement de souvenirs, de propos de son père, de conversations et d’informations – de la manière dont le mouvement « arc-en-ciel » s’est répandu dans le monde, élection après élection, en prônant l’arrêt du gâchis et des excès pour protéger la planète et l’humanité… et en isolant tous les réfractaires.

Heureusement, tout le monde n’adhère pas totalement au nouveau régime et il a la chance de rencontrer Nadia une jeune femme qui n’a pas froid aux yeux, plutôt moqueuse, qui s’amuse beaucoup à lui faire visiter une étonnante exposition qu’elle connaît par cœur
« Après Bucarest, Athènes, Tirana, Rome et Tunis, voilà que "C’était demain", la "reine des expos interactives aux neuf cents millions de visiteurs en un an", posait pour la première fois ses bagages à Mare del Sol. »
La visite de l’expo en dit long sur la façon dont le pouvoir a su persuader les nouvelles générations qu’elles vivent dans le meilleur des mondes et que tant de grandes catastrophes ont pu être évitées grâce aux mesures prises par le mouvement arc-en-ciel.
La relation entre Henri et Nadia n’est pas de nature amoureuse mais elle permet une grande compréhension, une écoute et un soutien mutuel. Un petit garçon se joindra à eux mais on n’en dira pas plus pour laisser intact le plaisir de la découverte par le lecteur…

Le roman est à la fois passionnant et inquiétant mais aussi très humain grâce au personnage principal et à ceux qu’il rencontre. Évidemment, le propos est clair : si l’on n’y prend pas garde la fiction d’aujourd’hui pourrait bien être la réalité de demain !

Serge Cabrol 
(18/12/23)    



Retour
Sommaire
Lectures








Kubik

(octobre 2023)
320 pages - 18










Pierre Chazal
né en 1977,
est auteur-compositeur et professeur de français langue étrangère.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia




Découvrir sur notre site
les précédents romans
du même auteur :

Marcus

Les buveurs de lune

Julie’s way