Retour l'accueil du site





Clara ARNAUD


Et vous passerez comme des vents fous


Ce sont les ours qui préoccupent les personnages de ce roman. Les ours qui vivent et se reproduisent dans les montagnes et les forêts pyrénéennes. Après avoir presque disparu, ils sont maintenant une centaine. Des animaux magnifiques et sauvages, attachants et effrayants. Chaque personnage porte un regard différent sur cet animal.
En chapitres alternés, nous accompagnons Jules, Gaspard et Anna. Jules qui veut devenir montreur d’ours ; Gaspard, un jeune berger qui monte en estive pour la cinquième année consécutive ; et Anna, une ethnologue chargée d’une mission pour mieux les connaître. Du côté des ours, c’est principalement la Negra que nous allons suivre dans ses déambulations forestières.

Le premier que nous rencontrons, c’est Jules, en 1883. Il a tellement entendu de récits sur la vie des montreurs d’ours que c’est devenu son rêve absolu. Dresser un ours et voyager, aller en Amérique comme tant d’autres avant lui. La première étape consiste à se procurer un ourson. Il faut aller le chercher dans la tanière de l’ourse, au début du printemps, lorsqu’elle sort de l’hibernation pour chercher de la nourriture. Il faut guetter sa sortie pendant des jours, profiter de son absence pour entrer dans la caverne, s’emparer d’un petit et ressortir avant le retour de la mère. C’est évidemment très aléatoire et très risquée. Difficile de savoir combien de temps elle va quitter sa tanière.
« Allez, un peu de courage. Comme un grand vide dans le ventre soudain, le pouls qui s’emballe, les mains qui tremblent. Il respire à pleins poumons et il glisse d’un coup dans le goulot d’étranglement qui sert de couloir à l’animal, il rampe le plus vite possible, s’aidant de ses coudes. Le souffle court, la conscience aiguë du danger, et une excitation qu’il n’a jamais ressentie auparavant. Si elle revient trop vite, il est mort. »
Un premier chapitre plein de tension, qui met bien dans l’atmosphère du rapport entre les hommes, les ours et la montagne.
Jules a réussi à sortir avec un ourson et courir jusque chez lui où il s’aperçoit que c’est une oursonne. Magnifique. Au fil des chapitres, nous allons le voir l’apprivoiser, la dresser et partir sur les routes pour le voyage de sa vie, jusqu’en Amérique.

Au deuxième chapitre, on revient à l’époque actuelle pour accompagner Gaspard, un jeune berger, qui monte un troupeau dans les estives et restera là-haut pendant quatre mois. Seul, avec ses trois chiens et des centaines de moutons. C’est sa cinquième saison. L’année précédente, il y a eu un problème, un accident, mais il n’aime pas y repenser même si ce souvenir l’obsède. Nous en découvrirons les détails peu à peu ainsi que divers aspects de sa vie. Pourquoi il a quitté Paris avec sa femme et ses deux filles pour revenir dans la vallée de son enfance et devenir berger. Nous allons partager son quotidien pendant quatre mois, son bonheur de vivre en harmonie avec la montagne.
« La vie pastorale n'était pas l'existence romantique que les gens projetaient […] Elle était âpre, elle surmenait le corps. Mais elle réservait des moments de grâce qui justifiaient les angoisses et les doutes lorsque, embrassant l'horizon du regard, il ne faisait plus qu'un avec la montagne, les brebis. Car elles choisissaient toujours de se reposer en surplomb. Et Gaspard aimait à croire qu'elles ne se contentaient pas de satisfaire un instinct de survie, mais qu'elles aussi trouvaient dans l'horizon une nourriture esthétique. »
Mais nous partageons aussi ses peines et ses souffrances, parce qu’une ourse vient parfois se servir dans son troupeau laissant des bêtes éventrées, à moitié dévorées.

Au troisième chapitre, nous rencontrons Alma, une jeune scientifique passionnée par les ours. Elle a fait des études de biologie, une thèse en écologie, elle a passé plusieurs années en Alaska et en Espagne pour observer les ours. Ses compétences en éthologie ont été décisives pour faciliter son embauche par le Centre National pour la Biodiversité, l’institution chargée d’observer la présence et la répartition des ours dans les Pyrénées et de comprendre leurs relations avec les autres occupants de la montagne et notamment les troupeaux en estive durant l’été. Tout le monde, ici, a encore en tête le drame de l’année précédente qui a coûté la vie à une bergère et une vingtaine de brebis, et Anna est la cible de pressions et de menaces de la part des anti-ours les plus excités. Mas ce sont essentiellement ses marches en forêt que nous suivons et tous ses efforts pour repérer, suivre et comprendre les déplacements de la grande ourse au pelage sombre, la Negra.

Cette alternance de points de vue construit un roman passionnant dont tous les fils bien sûr sont solidement liés à une vallée précise et à la montagne qui la surplombe. La relation étroite entre le montreur d’ours et sa compagne plus soumise que consentante ; l’amour du berger pour la nature et pour ses bêtes, pour la solitude et la liberté, mais aussi ses angoisses de subir à nouveau les attaques de l’ourse ; l’obsession de la scientifique pour connaître et comprendre les comportements de cette ourse aussi intelligente et attachante que redoutable ; tous ces fils se croisent et se tressent pour constituer un magnifique tableau de ce coin de montagne, de sa beauté naturelle et de la cohabitation difficile entre tous ceux qui y vivent. Une fresque fine et précise, vivante et émouvante. Un très beau livre !

Serge Cabrol 
(18/09/23)    



Retour
Sommaire
Lectures







Clara ARNAUD, Et vous passerez comme des vents fous
Actes Sud

(Août 2023)
384 pages - 22,50 €

Version numérique
16,99 €











Clara Arnaud,
née en 1986, a vécu en Chine, au Congo et au Honduras. Ce roman est son cinquième livre.