Retour à l'accueil du site





Agnès SODKI & Olivier CHÉNÉ


Ma vie en rousse


Mélissa n’aime pas ses cheveux roux : « Je déteste mes cheveux : ils sont trop roux. En plus, je les trouve très épais. ».

Elle n’aime surtout pas toutes les réflexions que font les enfants : « L'autre fois, Enzo, le délégué, m'a lancé quelque chose d'horrible : que je le dégoûtais avec mes boutons et que j'avais une maladie. Il a ajouté qu'il ne fallait surtout pas qu'il m'approche ou qu'il me touche, car j'allais le contaminer. Il a même prétendu que mes parents me détestaient, tellement j'étais affreuse. Et que je devais certainement leur porter malheur. »

Un jour, Arthur, un nouvel élève arrive et il est ébloui par Mélissa et sa chevelure mais elle a du mal à croire que quelqu’un s’intéresse à elle. Tout d’abord, elle se met en colère contre Jeanne, sa meilleure amie, et aussi contre Arthur.

Peu à peu, Mélissa réalise que sa différence la caractérise et contient l’histoire de sa famille, tous ceux de sa famille qui sont roux comme elle.

C’est un roman très agréable à lire pour parler de la différence et de la force que cela peut donner.

Brigitte Aubonnet 
(16/03/23)    



Retour au
sommaire
Jeunesse






Agnès SODKI & Olivier CHÉNÉ, Ma vie  en rousse
Utopique

Format 14,5 x 18,5 cm
48 pages 8
À partir de 8 ans


Texte
Agnès SODKI

Illustration
Olivier CHÉNÉ