Retour l'accueil du site






L'arbre d'Hipollène

d'après
L'arbre sans fin
de
Claude Ponti

C’est un très beau spectacle pétillant, vivifiant, empli d’humour et de clins d’œil aux contes en se jouant des codes : « Il n’y a pas de prince charmant car ça pue des pieds. » Trois corbeaux Muppets déclarent aussi qu’un œil écoute, une bouche regarde et une oreille sent.

Hipollène, personnage anthropomorphique (mi-petite fille, mi-écureuil), est chamboulée car Mamita, sa grand-mère, « a été tuée par la mort » Elle se transforme en larme, qui tombée sur le sol, la conduit dans un monde extraordinaire où elle passera de l’autre côté du miroir.
Le rêve et l’inventivité lui permettent de continuer à vivre malgré sa peine.

Les musiques rythmées et entraînantes ainsi que les chants lyriques réjouissent les petits spectateurs qui frappent la mesure avec grand plaisir.

Les adultes s’amusent des jeux de mots, des distorsions du langage et de l’inventivité du texte qui joue un rôle essentiel dans le spectacle, par exemple quand Adèle, la fille du dessinateur de cette histoire demande : « Où est le bec Houellebecq ? »

Les décors, magnifiques et très colorés, comme des "pop-up" dans un album, se plient, se déplient, se transforment, avec des espaces par où les personnages peuvent grimper ou se glisser, pour apparaître ou disparaître. Les costumes, parfois en forme d’objets, sont étonnants et drôles.

Beaucoup d’acrobaties, d’arts proches de l’univers circassien égayent le thème douloureux qui est évoqué : la mort d’une grand-mère.
Le monde du rêve et de l’imaginaire permet de surmonter les épreuves de la vie et des idées encourageantes sont données : « Dans la vie tout est possible ».

Les poussins emblématiques de Claude Ponti apparaissent en fin de spectacle avec le poussin masqué et de nombreux personnages qui donnent leur avis pour affirmer que tout dépend de soi seul devant un miroir qui n’est pas « le miroir des lamentations. »
Pas de lamentations mais de l’enthousiasme, de l’énergie, du courage dans ce magnifique spectacle.

Brigitte Aubonnet 
(18/03/22)    



Retour
Sommaire
Une loge
pour le strapontin






Ce spectacle sera
présenté à Avignon Off
du 7 au 30 juillet 2022,
Chapelle des Italiens,
33-35 rue Paul San.






D’après
Claude Ponti

Adaptation
Aymeric de Nadaillac
Kader Taibaoui

Mise en scène
Aymeric de Nadaillac

Avec
Aymeric de Nadaillac
Alex Dey
 Fanny Passelaigue
Kader Taibaoui
Diane Vaz






Visiter le site de
La Nad Compagnie






Voir une bande-annonce
du spectacle
sur Youtube







Claude Ponti
L'arbre sans fin


L'école des loisirs