Retour à l'accueil





Susie MORGENSTERN


Tes seins tombent



Yona, une adolescente de treize ans passe ses vancances en Corse, avec sa grand-mère.
Ces deux-là s'adorent mais le dialogue est bien difficile entre elles.
L'une est marquée par le temps, elle a les seins qui tombent mais un regard éclairé sur le monde et la vie.
L'autre, toute jeune, avec ses seins naissants, adore se pavaner sur la plage et communique exclusivement par SMS.

Babieeee ! Mais...! Tes seins tombent ! Quelle révélation !
Je me déshabille sans complexe devant elle. C'est évident : je l'ai amenée avec moi par erreur, par culpabilité – il faut quand même de temps en temps... grandmerder.
Elle partage la petite chambre, la moitié du lit, la bombe à moustiques. Elle ne partage pas la parole qu'elle a dû acquérir en treize ans, ni le moindre secret, à peine quelques mots isolés, trop occupée par son téléphone portable.
Je devrais me réjouir d'avoir été honorée d'une phrase entière, même si c'était pour m'informer de cette funeste catastrophe.


Le récit, ponctué de quelques mots étrangers, musical, laisse entendre l'accent américain de la narratrice et plonge le lecteur au cœur de son histoire.
Un roman plein de tendresse et bourré d'humour qui traite des relations entre générations, des ravages du temps sur le corps et de l'importance des liens familiaux.

Je suis le témoin consterné des surprises que nous prépare le corps, encore heureux que ce ne soient pas les doigts des mains. Je continue d'avoir cette petite coquetterie qui consiste à me vernir les ongles des pieds, plus pour les cacher que pour les faire jolis. Les ongles des gros orteils sont comme l'écorce d'un vieil arbre. Pour les couper, il faut un couple-ongle géant et autres outils pour creuser dans les coins et extraire les parties incarnées qui semblent toucher tous les nerfs du cerveau. Je peux à peine les atteindre, ces ongles qui sont de plus en plus loin de ma raideur.
– Babie ! Qu'est-ce qui est arrivé à tes orteils ?
C'est gentil de montrer sa compassion pour mon anatomie défaillante.


Le texte, écrit en gros caractères, très aéré, est conçu pour pouvoir être lu à voix haute, d’une voix forte ou susurrée, à autrui ou à soi-même.

Un livre plein d'optimisme, qui donne la pêche.
A s'échanger en famille, à lire et à relire sans modération.

Cécile De Ram 
(03/05/10)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Actes Sud Junior

D'une seule voix
96 pages - 7,80 €






Vous pouvez lire
sur notre site
des articles concernant
d'autres livres
de la même collection :

Ahmed Kalouaz
Si j'avais des ailes



Boris Le Roy
Ma première fois



Anca Visdei
Je ne serai pas une femme qui pleure