Retour à l'accueil du site






OULIPO


C'est un métier d'homme



Une très belle idée que ce recueil d’une vingtaine d’Autoportraits d’hommes et de femmes au repos dont celui du fonctionnaire, du psychanalyste, du tyran, du philosophe télévisuel, de la femme en quiétude...
A partir d’une nouvelle de Paul Fournel, Autoportrait du descendeur, publiée dans son recueil Les Athlètes dans leur tête, dix oulipiens ont écrit des portraits de cinq ou six pages en se coulant dans la structure de la nouvelle de Paul Fournel :
« Mon métier consiste à descendre du haut de la montagne jusqu'en bas. À descendre le plus vite possible. C'est un métier d'homme. D'abord parce que lorsqu'il est en haut, l'homme a envie de descendre en bas, ensuite parce que lorsqu'il y a plusieurs hommes en haut, ils veulent tous descendre plus vite les uns que les autres.
Un métier humain.
Je suis descendeur. »

Hervé Le Tellier a été à l’initiative avec son séducteur :
« Mon art consiste à séduire les femmes au cours d'une soirée. A séduire le plus vite possible. C'est un art d'homme. D'abord parce que lorsqu'il y a une femme, l'homme a envie de la séduire, ensuite parce que lorsqu'il y a plusieurs hommes et une seule femme dans une soirée, ils veulent tous la séduire plus vite les uns que les autres.
Un art humain.
Je suis séducteur.»

Cela donne des textes étonnants et prouve que la nouvelle qui sert de base était magnifiquement construite car certaines nouvelles ne pourraient pas résister à ce jeu d’écriture.
Les écritures propres à chacun des écrivains sont drôles, érudites, engagées… C’est un très bon moment de lecture et de divertissement. On rit vraiment au détour d’un mot détourné, d’un jeu de mot, d’une association dont les oulipiens sont friands.
« Mon métier consiste à descendre du haut de la bouteille jusqu'en bas. Et la descendre le plus vite possible. C'est un métier d'homme. D'abord parce que quand la bouteille est pleine, l'homme a envie de la descendre, ensuite parce que quand il y a plusieurs hommes autour de la même bouteille, ils veulent tous la descendre plus vite les uns que les autres.
Un métier humain.
Je suis buveur. »
(Ian Monk)

S’amuser en écrivant pour le bonheur des lecteurs n’empêche pas de s’engager en décrivant un tyran ou un président :
« Mon métier consiste à monter du bas de la politique jusqu'en haut. À monter le plus vite possible. C'est un métier d'homme. Ben d'abord, parce que lorsqu'il est militant de base, l'homme a envie de monter en haut le plus vite possible, ensuite parce que, permettez-moi de vous le dire, lorsqu'il y a plusieurs militants de base, ils veulent tous accéder au sommet de l'État plus vite les uns que les autres.
Un métier humain.
Je suis Président. »
(Hervé le Tellier)

Un très agréable moment de lecture et une mine pour l’animation d’ateliers d’écriture. Après les amuse-gueules proposés avec le début de quatre des textes, n’hésitez surtout à vous procurer le recueil pour lire la suite des nouvelles.

Brigitte Aubonnet 
(02/10/10)    



Retour
Sommaire
Lectures










Mille et une nuits

144 pages - 10 €


Des textes de
Michèle Audin
Daniel Levin Becker
Marcel Bénabou
Frédéric Forte
Paul Fournel
Michelle Grangaud
Jacques Jouet
Hervé Le Tellier
Ian Monk
Olivier Salon.

Un « Autoportrait » collectif de l’OUvroir de LIttérature POtentielle pour le 50e anniversaire de sa création.



Découvrir sur notre site
Anthologie de
l'OuLiPo






Visiter le site
de L'OULIPO :
www.oulipo.net