Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles






Patrick DUPUIS

Enfin seuls ?



Dans ce recueil de 26 nouvelles courtes (de 3 à 6 pages), Patrick Dupuis explore la solitude sous toutes ses facettes, voulue ou non, à travers toute une fresque de personnages. Un panel sorti de la rue d'une ville dotée de nombreux bars et de boîtes de nuit, d'un hôpital, d'un fleuve, d'appartements ou de petites maisons où des couples se font et se défont plus ou moins au hasard, théâtre de naissance ou de fin de vie. Et cette solitude  que nous avons tous ressentie à un moment ou à un autre de notre existence, se joue ici sur toute la gamme des sentiments, des regrets aux frustrations, du soulagement au désir de liberté, de l'enfer à la bienheureuse parenthèse. Un état paradoxal, tantôt gouffre où refuge, où s’abîment ou se réfugient les narrateurs (24 hommes et 2 femmes) de chaque récit. 

Ces nouvelles tour à tour tendres, nostalgiques, désespérées, cocasses voire drôles, ancrées dans un quotidien protéiforme dépeint par petites touches, s'appuient sur l'instantanéité des situations et un refus de toute description, instaurant une distance pudique avec les personnages. Un choix qui n'entrave en rien l'émotion et la plongée dans l'intimité des instants vécus, partagés, et qui, renforcé par le recours fréquent à l'allusion et la suggestion, provoque une lecture active, complice et participative du lecteur pour combler personnellement les vides.
Les nouvelles toujours nimbées de bienveillance et de délicatesse s'organisent en collectif autour de la diversité des scènes, des narrateurs et des points de vue (je ou il/elle) pour renouveler en permanence la curiosité et l’intérêt. Cela jusqu'aux dernières lignes où, avec un art certain de la chute et un goût probable pour la taquinerie, l'auteur joue bien souvent à nous surprendre.
C'est ici la simplicité, la nudité, qui confèrent à ces histoires leur part d'humanité et de sincérité. Probable que de façon éclatée et tronquée Patrick Dupuis a mis un peu de lui-même dans tout cela et que c’est justement cet écho qui nous émeut sans temps mort.

Tous ces fragments, ces portraits attachants semblables à des captures sur le vif, se conjuguent pour former le tableau des déceptions, des contradictions, des peurs, des désirs et des petits bonheurs d'une société marquée par la vitesse, la consommation et l'ennui , où le couple peut n'être que la juxtaposition de deux solitudes, où vivre plus longtemps c'est souvent finir seul, où un petit cheval bleu peut incarner toute une enfance.
Enfin, tapie derrière chaque récit de ce recueil au rythme soutenu, c'est souvent l'angoisse existentielle ou celle ressentie face à la fuite inexorable du temps qui nous est montrée à l’œuvre.

Si le sujet peut a priori rebuter certains lecteurs et leur faire craindre une lecture déprimante, rien ici n'abonde dans ce sens. La manière très ambivalente dont l'auteur décline la solitude permet à la joie, à l'humour, à l'espoir de se dégager au détour d'une nouvelle ou d'un passage aussi sûrement que la colère, la tristesse et l'usure qui trouvent ici un terrain évident.
Avec une certaine continuité, Patrick Dupuis se déplace et nous entraîne, avec efficacité mais subtilité et modestie, non dans les affres d'une nuit profonde et noire mais sous un ciel « nuageux à serein » dans une exploration intime et aigre-douce de nos vies.

Un recueil à hauteur d'homme dont le parfum discret s'exhale au fil de la lecture jusqu'à perdurer avec un certain entêtement, une fois le livre refermé.
Un beau moment de lecture qui peut être fractionné mais dont la découverte d'une seule traite me paraît à privilégier pour mieux en goûter la subtile saveur.

Dominique Baillon-Lalande 
(05/07/16)    



Retour
Sommaire
Lectures









Luce Wilquin

128 pages - 12








Patrick Dupuis,

né en Belgique en 1950, nouvelliste et romancier,
a cofondé les éditions Quadrature en 2004.






Découvrir sur notre site
un autre recueil
du même auteur :

Nuageux à serein