Retour à l'accueil du site





Emmanuel RUBEN

Jérusalem terrestre
et
Dans les ruines de la carte


La Ligne des Glaces d’Emmanuel Ruben a été très remarquée lors de la rentrée littéraire 2014, figurant dans la liste des Goncourt. Dans ce roman, l’étudiant Samuel Vidouble était affecté dans un pays balte, avec pour mission d’en délimiter la frontière maritime. Tâche qu’Emmanuel Ruben rendait impossible dans la fiction, parce qu’il la pense impossible dans la réalité. Pour lui, la frontière est toujours infinie.
 
Cet automne, deux ouvrages de sa main paraissent simultanément. Dans les ruines de la carte est un essai érudit qui s’intéresse en premier lieu à la représentation des cartes de géographie dans la peinture, thème qui permet la digression sur la littérature, l’appréhension du monde et des peuples. Jérusalem terrestre est un récit de voyage, ou plutôt un récit de séjour, en Israël, qui s’emploie à détourer les limites d’un pays en s’appuyant sur la géographie physique et humaine. Dans les deux cas, regard porté sur des œuvres ou des terres, l’écrivain trace des lignes et dessine des contours fluctuants, comme une réflexion en marche.
 
Tout part de la littérature. Emmanuel Ruben, encore étudiant, découvre dans la salle des cartes de l’ENS de Lyon que le rivage des Syrtes de Julien Gracq n’est vraisemblablement pas situé sur les côtes libyennes, comme on le pense habituellement, mais plutôt quelque part vers la Russie. D’ailleurs, Gracq n’évoque-t-il pas un roman de Pouchkine, La fille du Capitaine, comme source d’inspiration ? Julien Gracq avait vu son projet de thèse en géographie sur la Crimée tomber à l’eau à cause d’un refus de visa. Emmanuel Ruben parle russe, en plus d’être géographe. Une correspondance amicale et intellectuelle s’établit entre le normalien et l’habitant de Saint-Florent-le-Vieil. Les centres d’intérêt communs, multiples, convergent tous vers la géographie et la littérature.
 
Borges, littérature par excellence. Le titre Dans les ruines de la carte est une réminiscence en forme d’hommage à un texte de l’auteur argentin intitulé « De la rigueur de la carte ». Borges y fait allusion à un pays dans lequel les cartographes « levèrent une carte de l’empire qui avait le format de l’Empire ». Une carte à l’échelle 1 est une monstruosité inutile. Mais si l’on réduit l’échelle, la carte est plus ou moins juste – le plus souvent moins. Benoît Mandelbrot nous a appris qu’il était impossible de calculer la longueur des côtes bretonnes – cette longueur est infinie, idée très borgésienne… –, la théorie des fractales étant passée par là. Ajoutons-y la dimension du marcheur, fourmi ou gazelle, et il n’est plus possible de calculer quoi que ce soit, ni même de le conceptualiser. Enfin si, plus ou moins. Mais plus ou moins n’est pas la dimension exacte. En Israël, le mur de séparation est une ligne de démarcation matérialisée : la construction du mur suit les courbes de niveaux du terrain, ce qui donne un parcours chaotique, relevant de la géographie strictement physique, et induisant un parcours mental et politique, autant dire sans limite. Cette ligne, Emmanuel Ruben la dessine dans Jérusalem terrestre, et l’éprouve : il est logé chez les Dominicains, doit se rendre au Centre Romain Gary puis au lycée français situé tout en haut de la rue des Prophètes. Il franchit, dans la journée, et dans tous les sens, des territoires culturels et politiques, historiques et circonstanciels. Le lycée français de la rue des Prophètes est fréquenté en majorité par des élèves palestiniens et se situe tout près du quartier de Mea Shéarim. Les itinéraires des habitants n’ont que peu à voir avec les délimitations. Emmanuel Ruben éprouve dans ses pas, dans sa marche dans Jérusalem, les limites d’une délimitation.
 
Frontière ? Tout est toujours frontière, dans les textes de Ruben. Chez les peintres, l’extérieur est paysage, avec pour seule ligne de perspective l’horizon. Dans les ruines de la carte débute par l’analyse magistrale d’un tableau de Vermeer, L’Art de la peinture. Le peintre de dos, sa toile presque vierge tournée vers le spectateur, une jeune fille servant de modèle à Clio, la muse de l’Histoire, et sur le mur du fond : une carte. Le paysage n’est pas représenté, la scène d’intérieur n’ouvre pas à proprement parler sur l’extérieur, mais sur sa représentation. Représentation d’un extérieur bien plus vaste que celui que l’on aurait pu contempler de sa fenêtre.
 
« Le peintre semble désormais coupé du dehors : son refuge est l’espace du dedans, le monde intérieur, l’intimité de la vie urbaine et bourgeoise […]. Sa tâche est dorénavant d’explorer cette géographie intime, d’inventer l’espace du quotidien ».
 
La carte étalée sur le mur du fond du tableau de Vermeer est celle de l’espace économique, elle montre et signifie, elle symbolise le commerce florissant. L’extérieur s’est conceptualisé. Cinquante années plus tôt, en Espagne, Dominikos Theotokopoulos dit le Greco peignait Tolède vue d’en haut et de face, matérialisant sur une même toile la carte et le territoire. Cet espace tolédan pouvait être pensé à la fois en deux et trois dimensions, sur un même support. Le plan et la perspective. Emmanuel Ruben parvient avec clarté, grâce à l’analyse de ces deux tableaux, à mettre en évidence les changements mentaux et politiques, le passage à l’économique et l’importance de la mise en scène du social intime.
 
Où butent nos frontières mentales, quand les frontières physiques sont impossibles à tracer ? C’est ce qu’Emmanuel Ruben s’emploie à démêler, dans une œuvre qui englobe le récit, l’essai, le roman, le pictural. On suivra de près le cheminement de cet écrivain géographe et aquarelliste qui, pas à pas, construit une œuvre qui interroge l’art, l’écriture, la politique et l’actualité.

Christine Bini 
(22/10/15)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures










Inculte

(Octobre 2015)
192 pages -16,90



Le Vampire actif

(Octobre 2015)
350 pages -17,50







Emmanuel Ruben,
né à Lyon en 1980,
agrégé de géographie,
est nouvelliste, romancier
essayiste, aquarelliste...


Visiter le blog de l'auteur :
www.emmanuel
ruben.com








Découvrir sur notre site
d'autres livres
du même auteur :

Halte à Yalta

Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu

La ligne des glaces