Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





Catherine DESCHEPPER


Bruxelles à contrejour


Avec Nombril et petite ceinture, face à la photo d'un taxi dont le conducteur dans l'attente d'un client rit en pianotant sur son smartphone, l'auteur imagine les commentaires via leur radio d'un réseau de taxis avec Giuseppe, Marco, Tommy, et Gianni évadé dans un autre espace-temps  après le message sur son portable de son amoureuse…une parenthèse simplement sympathique et émouvante.
Marabout de ficelle nous narre avec humour l'itinéraire d'un Noir doté d'un doctorat de sociologie qui endosse le costume de marabout pour dames blanches...
La photo d'un visage sur la place du Marché aux poissons  inspire à C. Deschepper une histoire décalée de sirène, où poésie et prose se mêlent pour transfigurer la cruauté du quotidien. (in Miroir aux alouettes)
Celle d'une jeune femme au Marché aux puces de la place du Jeu de balle l’entraîne dans le labyrinthe des relations Internet  (World wild web) , Fly dans une histoire de concert de rock, de rencontre amoureuse, de vitesse et de pluie.
Selfie  avec la photo d'une femme de dos avec un jeune homme qui de la main gauche la retient pour la prendre en photo de dos est un petit bijou de nouvelle sur un jeune couple.

Ainsi en est-il de ces 17 clichés urbains en noir & blanc qui illustrent la capitale belge mais pourraient tout autant accompagner d'autres grandes villes tant le regard de la photographe se focalise sur ces passants divers en situation, venus de tant d'horizons différents,  plus que sur le patrimoine touristique de la cité. Des photos assez inattendues et mystérieuses pour susciter l'imaginaire de la nouvelliste et du lecteur qui les découvre.
Les 17 nouvelles de deux à huit pages qui en surgissent, majoritairement en prose mais ne dédaignant pas les écarts poétiques, bien qu'ancrées dans le réel viennent parfois fuguer dans leur errance du côté du surnaturel, des fées, farfadets, anges ou démons. Comme si l'image avait joué ici le rôle de déclencheur, suscitant d'autres visions concomitantes traduites en mots par l'écrivain pour établir comme un jeu, un dialogue avec la photographe.

Les correspondances en sont donc plus sensibles qu'illustratives d'autant que dans ces clichés ou ces nouvelles, nul ancrage n'est proposé si ce n'est celui de l'instant fugace et d'un ici oscillant entre réalité et mirage, dans un panorama d'émotions contrasté, intemporel et universel.

Une belle ballade sur un itinéraire finalement plus générateur de rêverie et de réflexion que de découverte architecturale ou urbaine. Des instantanés en suspension subtils et complices qui parviennent à faire écho. 

Dominique Baillon-Lalande 
(24/03/17)    



Retour
Sommaire
Lectures








Quadrature

(Février 2017)
120 pages - 18




Photos :
Martine HENRY








Découvrir sur notre site
un autre recueil de
Catherine Deschepper :

Un kiwi dans le cendrier