Retour l'accueil du site





Stéphanie CHAILLOU


Le goût de la trahison

Superbe roman tout en délicatesse pour évoquer la vie de Marc confronté à une amitié qui va bouleverser tout son équilibre personnel, familial, professionnel. Ça lui tombe dessus alors qu’il ne s’y attend absolument pas. Il ne maîtrise rien et il est vite submergé par des sentiments qu’il ne connaît pas et ne reconnaît pas. Cette amitié l’entraîne dans une avalanche douloureuse.

L’écriture sobre et maîtrisée met parfaitement en valeur le cheminement de cet homme que l’on accompagne et qu’on aimerait prendre par la main pour le rassurer. C’est une très belle analyse des sentiments humains, si complexes, parfois étonnants que l’on ne maîtrise pas ou parfois que l’on n’accepte pas. Quand Marc rencontre Paul il n’imagine pas ce qui va se passer.

« Paul Delacroix rejoignait leur équipe. Ingénieur en informatique, il remplaçait Bernard Prévost, parti pour une retraite bien méritée. Pas d’incidence sur l’organigramme. Un recrutement dont la boîte pouvait se féliciter. Beau pedigree. Un mec costaud, qui ne s’en laisse pas compter. »
« Le discours serait suivi d’un pot, avait déduit Marc. Les mouvements de personnel étaient source d’inquiétude. Le DG voulait rassurer. On était vendredi, l’occasion de boire un verre et de communiquer.
Un mec costaud, qui ne s’en laisse pas compter. Sur le moment, cette remarque l’avait légèrement agacé. Puis il n’y avait plus pensé. Le soir même, il était parti avec Hélène et les enfants sur l’île de Noirmoutier. Comme ils avaient l’habitude de le faire. »

Toute la famille de Marc est entraînée dans le sillage de cette amitié. Les deux couples se rencontrent souvent à Noirmoutier.

Hélène, la femme de Marc et leurs deux enfants l’accompagnent comme ils le peuvent. Ils ne comprennent pas toujours l’attitude de Marc qui est de plus en plus étrange.

« Ils accomplissaient les mouvements. Ils prononçaient les mots. Ils se levaient pour aller chercher du pain ou de l’eau. Mais sans conviction, presque mécaniquement. En vérité, ils étaient tous embarqués. Happés par une histoire qui n’était pas celle à laquelle ils étaient censés participer. Une histoire qui n’avait rien à voir avec la fable qui les enveloppait depuis tout ce temps. La fable familiale. Eux, les membres de la famille Dumont. Les parents, les enfants. Une histoire qu’ils n’avaient pas choisie, mais qui les tirait vers le fond. Bientôt, ils ne pourraient plus feindre de l’ignorer. »

Une forme d’angoisse et de suspense traverse le roman qui se lit sans pause, engagé dans un parcours de vie qui ne laisse pas insensible. Une réussite.

Brigitte Aubonnet 
(25/06/24)    



Retour
Sommaire
Lectures








Noir sur Blanc

Collection Notabilia
(Mars 2024)
192 pages - 20,50 &euros

Version numérique
14,99 €




Stéphanie Chaillou
Après cinq livres
chez Isabelle Sauvage.
Le goût de la trahison
est son cinquième roman.



Découvrir sur notre site
ses précédents romans :

L’homme incertain

Alice
ou le choix des armes


Le bruit du monde

Un jour d’été que rien
ne distinguait