Retour à l'accueil du site





Julien DUFRESNE-LAMY


Mon père, ma mère,
mes tremblements de terre

« Décidément, Julien Dufresne-Lamy a beaucoup de talent pour mettre des mots sur les souffrances et les sentiments contrastés des adolescents. » C’est la façon dont je concluais un article sur un précédent livre de l’auteur (Boom) et je confirme ce jugement aujourd’hui après la lecture de son nouveau roman. Un sacré talent ! Ce n’était pas évident de nous accrocher, nous émouvoir, nous passionner, nous amuser parfois, pendant deux cent cinquante pages avec le monologue d’un adolescent dans la salle d’attente d’un hôpital pendant que son père subit une opération pour devenir femme. Et pourtant, ce livre est une belle réussite.

Charlie a quinze ans et il est assis sur une chaise jaune, sa mère sur une bleue, dans une salle d’attente où ne passera qu’un seul autre patient pendant les quatre heures que durera l’intervention.

Charlie a le temps de cogiter, de se remémorer ce qu’il a vécu, ressenti, subi, appris, pendant les deux années qui viennent de s’écouler, depuis le « tremblement de terre » de Noirmoutier.
« En bon scientifique, mon père nous avait employé les termes normatifs. Dysphorie de genre. Transidentité. Trouble de l'identité de genre. Non-congruence de genre.
Ma mère n'y comprenant rien, mon père était passé au plan B.
– Je suis une femme. À l'intérieur, une vraie. Ce n'est vraiment pas grave. Je t'aime. Je vous aime. Mais je n'ai jamais été un homme. »

En fait, ce n’était pas totalement une surprise pour Charlie qui, à onze ans, avait surpris son père habillé en femme dans le garage.
« Il portait un chemisier transparent grande taille avec des manches bouffantes et des collants opaques mais ce n'est pas ça qui m'a frappé. C'étaient ses pommettes dessinées sous ses yeux. Des pommettes rondes comme un fruit vénéneux de conte de fées. Aussitôt, Papa a arraché sa perruque et l'a jetée au sol.
– On va fêter Halloween chez les voisins du 12 bis. Je te l'avais dit. Tu te rappelles ? Tu penses que mon déguisement convient ou c'est raté ? Je voulais faire rire la galerie, tu me connais. »
Justement, Charlie connaissant son père, ne le classe pas parmi les amuseurs publics et sait très bien qu’il n’est pas question de fêter Halloween chez des voisins.
Pendant encore deux ans, le père a essayé de garder le secret jusqu’à l’annonce de Noirmoutier.

Au fil des réflexions de Charlie dans la salle d’attente, on voit comment chacun a vécu le long parcours du père depuis la révélation jusqu’à l’opération d’aujourd’hui.
La colère, le rejet, la honte quand le père commence à sortir dans le quartier habillé en femme et que les copains de Charlie se moquent de lui.
Mais aussi la colère contre tous ceux qui insultent sans chercher à comprendre.
Parce que peu à peu Charlie et sa mère comprennent mieux et acceptent la situation face à l’alternance de joie et de déprime du père, à ses explications, à l’observation de son parcours chaotique, douloureux, angoissant.

On suit tout le processus de transformation du père, les étapes, les traitements, les objectifs de chaque cure, les effets secondaires. Tout est présenté clairement. Charlie est un scientifique, passionné de biologie, comme son père.
Peu à peu, Charlie admet de l’appeler Alice et de dire « elle », d’employer ce féminin que le père revendique depuis l’enfance et pour lequel il se bat afin de le concrétiser et de l’officialiser.

Le roman du point de vue de Charlie est émouvant et passionnant parce qu’on n’y voit pas seulement le combat d’un homme mais une aventure familiale à laquelle chacun participe avec son tempérament, avec des phases très diverses, des montagnes russes de joie et de souffrance, une famille unie par l’amour mais bouleversée par un changement en profondeur, un « tremblement de terre » selon l’expression de Charlie, mais qui ne réussit pas à effondrer l’édifice.

Une belle leçon d’amour et de tolérance, de compréhension et d’acceptation de l’autre tel qu’il se sent profondément mais aussi une présentation, quasi documentaire, de toutes les étapes nécessaires pour une transformation complète, psychique, physique, hormonale, vocale, administrative… 
Encore un livre très fort d’un auteur qu’on va continuer à suivre avec plaisir et intérêt.

Serge Cabrol 
(24/09/20)    



Retour
Sommaire
Lectures









Julien DUFRESNE-LAMY, Mon père, ma mère, mes tremblements de terre
Belfond

(Août 2020)
256 pages - 17 €



















Julien Dufresne-Lamy
a publié cinq romans en littérature générale et cinq romans pour adolescents.


Bio-bibliographie
sur Wikipédia









Découvrir sur notre site
des romans de
Julien Dufresne-Lamy
pour la jeunesse :

Mauvais joueurs

Boom

Les étonnantes
aventures du
merveilleux minuscule
Benjamin Berlin


et pour les adultes :

Jolis jolis monstres