Retour l'accueil du site





Éric CHASSEFIÈRE

Sentir


Ce deuxième recueil d’Éric Chassefière commence comme la suite du précédent, L’immédiat de vivre. « Comme si nous étions oiseau, qu’il ne soit de présence à ce lieu que dans l’effleurement, la ligne partagée, l’effacement, toujours, après l’éveil, comme si, du seul élan de clore les paupières, prendre visage au vent, notre corps de sensation s’accroissait à tout l’espace, en devenait l’unique et profond regard intérieur. » Ou bien encore comme dans Entrer en soi-même : « Sentir comme terre et ciel se mêlent, comme tout se cache en tout, comme à arpenter cet espace sans borne, on finit par entrer en soi-même, se perdre dans son paysage intérieur, devenir l’oiseau, sans voix ni visage, qui n’existe que creusant le vent. Laisser le froid pénétrer, la lumière s’assombrir, prendre peau à ce grand corps de sensations de l’infini, peuplé de mille chemins invisibles, qui, de toutes parts, nous enveloppe et nous efface, sentir comme dans cette distance on se rapproche de soi-même et de sa mémoire. » Sentir les éléments de la nature, le vent, c’est se retrouver.

                Puis, une deuxième partie du recueil s’intitule Comme l’ombre : « Cette profondeur qui naît au pourtour des ombres, là, tout près, au plein de la couleur faite ciel, on s’y laisse doucement glisser, devenu  ombre soi-même, on s’y laisse rêver, recréer lumière du rêve, tout entier oubli et renaissance. Longtemps, la fenêtre reste bleue, le temps est arrêté. » Du toucher nous passons à la vue de l’ombre qui arrête le temps et nous plonge dans le rêve.

                La dernière partie se nomme Sentir et contient les poèmes comme Écouter la mer, Écouter le vent et pour finir le recueil, Ce qui meurt. « Écouter le vent, en tourner une à une les pages, écouter comme on écrit, écouter sur du vent, sur de la mémoire, ce gazouillis d’oiseaux écho de lui-même. Entendre à ne plus entendre, se faire vent, silence, vague, infinie renaissante de l’écoute. »

                Un recueil très sensible.

Michel Lansade 
(17/12/21)    



Retour
sommaire
Posie








Rafael de Surtis

Collection
Pour un cel désert










Retrouver sur notre site
un autre recueil
du même auteur :
L’Immédiat de vivre