Retour à l'accueil du site





Dominique GODFARD

Vieillir, c’est vivre…


Dans cette progression vers la mort sous la houlette du temps, règne la logique de l’usure des corps, comparable à celle des objets mais en plus délétère puisqu’une chose ancienne, en art ou pour certaines denrées comme le vin par exemple, prend a contrario importance et valeur marchande au fil des années. Résultat : pendant que des choses se « bonifient » ou atteignent des prix exorbitants, le vivant s’étiole progressivement jusqu’à sa fin programmée.

Avec ordre, clarté et humour, notre écrivaine octogénaire, après avoir fait le tour de ce qui attend tout un chacun au grand âge, écrit, en de courts chapitres, non pas des recettes pour ne pas vieillir, ça se saurait si elles existaient, mais des anecdotes, des récits, des passions, tout ce qui nous maintient vivants, même à un âge plus qu’avancé, comme le goût des autres, l’intérêt pour ce qui arrive, la lecture, échanger, (sans passéisme, quel bonheur de voir ses amis et/ou ses petits-enfants sur son smartphone en vidéo),  s’émerveiller encore des petits bonheurs du quotidien comme admirer une fleur, caresser un chat.

La nostalgie n’est pas le passéisme, et ce livre me fait penser à l’armoire de ma Grand-mère où le linge de maison, repassé dans la joie, en écoutant des chansons, plié dans les règles de l’art, rangé par piles égales, sentait bon le jardin, mais plus que ça, le bonheur, l’amour ; où les serviettes brodées aux initiales d’arrière-grands-parents que l’on n’a même pas connus nous rappellent ces repas de famille que l’on trouvait, enfant, interminables, mais qui nous permettent aujourd’hui, le souvenir de tant d’êtres chers que l’on rencontrait justement à cette occasion. Les étagères sont festonnées de dentelles jaunies comme les vieilles photos, les draps sont usés mais ils se souviennent encore…
 
Dans un chapitre sur la transmission qui s’opère en douce, sans qu’on y prête attention, repose principalement sur l’exemplarité […] le meilleur des « passeurs », celui qui imprime ses leçons sans avoir besoin de mots ni de consignes, l’écrivaine nous rassure :
la plupart de nos actions […] s’inscrivent dans le grand livre d’histoire(s) de chaque individu, fussent-elles très banales ! C’est ainsi qu’aujourd’hui, je porte un chandail tricoté par ma mère ou je conserve une nappe brodée par ma grand-mère que mes fils, à leur tour, recevront.

Nous retiendrons aussi de ce roboratif petit bréviaire, le fait de rester digne, dans la mesure où on le peut, bien sûr, maintenir une discipline de vie, ne pas se laisser aller et se répéter comme un mantra les paroles de Simone de Beauvoir : « Pour que la vieillesse ne soit pas une parodie de notre existence antérieure, il n’y a qu’une solution, c’est de continuer à poursuivre des fins qui donnent un sens à notre vie. »

Sylvie Lansade 
(17/05/23)    



Retour
Sommaire
Lectures



Dominique  GODFARD, Vieillir, c’est vivre…
5 sens

120 pages - 13






Dominique Godfard,
née au Maroc, a déjà publié une quinzaine de livres.


Bibliographie sur
le blog de l'autrice





Découvrir sur notre site
d'autres livres
du Dominique Godfard :

Le bonheur passait,
il a fui !


Variations sur le regard

Le conflit de l’an 2040