Retour à l'accueil du site





Paul FOURNEL

Anquetil tout seul


Anquetil est un mythe, un vrai champion. Quelles sont ses motivations pour continuer à pédaler alors qu'il n'aimait pas vraiment le vélo !

"A quoi marche Anquetil ? Marche-t-il à l'exploit ? Marche-t-il à l'amour du vélo ? Marche-t-il à l'argent ? Marche-t-il à la douleur ? Marche-t-il à la drogue ? Marche-t-il à la générosité ?" Voilà les nombreuses questions que pose Paul Fournel, passionné de vélo, admirateur d'Anquetil depuis l'enfance : "J'aurais voulu être l'ami d'Anquetil. Il aurait mis sa main sur ma tête et il m'aurait donné une casquette, une photo avec sa signature. J'aurais fait un tour, assis en travers sur le cadre de son vélo, entre ses bras. Il m'aurait donné son maillot jaune et serait parti vers son hôtel, torse nu, à moitié bronzé, marchant comme un canard."
Paul Fournel nous emmène ainsi au cœur de la problématique d'un champion solitaire, déterminé. Se mêlent ses souvenirs et les moments où, enfant, il s'imaginait être Anquetil lors des courses organisées dans sa ville.

Nous découvrons les pensées de Jacques Anquetil qui organise sa course face à de redoutables adversaires. De nombreux passages reprennent ses propos sur certains de ses fonctionnements. Il avait des capacités exceptionnelles et très vite il est devenu un champion sans apprentissage.

Nous retrouvons aussi son rapport à Raymond Poulidor puisqu'ils se côtoyaient souvent sur les lignes d'arrivée : "Reste le cas de Poulidor, qui était sans doute le plus complet, le plus capable de gagner, mais à qui il manquait certainement l'âme terrible et la vraie complexité d'un champion."

Percer le mystère Anquetil n'est pas facile mais Paul Fournel nous permet d'apprendre beaucoup sur cet homme qui pourrait être un personnage de fiction tant il est complexe. Il n'hésite pas à dire qu'Anquetil est énervant : "Anquetil est énervant, il entend recevoir toujours tous les honneurs dus à son rang. […] Anquetil est énervant aussi car il sait très bien mettre en route la machine à perdre. […] Anquetil est énervant parce que, lorsqu'il a une idée dans la tête, il va au bout, quel qu'en soit le tarif…"

Même après l'arrêt de sa carrière cycliste, sa vie personnelle a fait parler de lui : "Vu du dehors, le clan Anquetil fait un peu peur."

Être ami avec lui n'était pas toujours simple non plus : "Anquetil était un tel mélange d'assurance et de doute, de certitude et de tourment qu'il était bien difficile à comprendre. Le monde entier était sommé de l'admirer, il faisait pour cela des exploits admirables, mais bien peu nombreux étaient ceux autorisés à entrer dans son intimité. Les élus avaient la certitude d'appartenir à un monde privilégié, une sorte de cour, et ils cédaient très vite aux exigences amicales de Jacques tant elles étaient fortes et parcimonieusement distribuées."

Même pour ceux qui ne sont pas passionnés par le vélo, le texte de Paul Fournel se lit comme un roman et dévoile de nombreuses facettes de ce personnage qui a tant marqué le cyclisme. Les souvenirs de Paul Fournel chargés d'humour rythment aussi le texte et nous éclairent un peu plus sur sa passion du vélo déjà évoquée dans ses précédents livres Besoin de vélo, Les athlètes dans leur tête...

Un très bon moment à passer en côtoyant ces sportifs de la douleur et de l'effort.

Brigitte Aubonnet 
(23/06/12)    



Retour
Sommaire
Lectures








Le Seuil

(Juin 2012)
160 pages - 16






Visiter le site de

Paul Fournel



Vous pouvez lire
sur notre site
un entretien
avec Paul Fournel


et
des articles concernant
d'autres livres
du même auteur :

A la ville comme
la campagne


Méli-Vélo

Chamboula

Courbatures

La liseuse