Retour à l'accueil du site





Peter MAY


Je te protégerai


« Le vent fouettait la pluie venue de la mer […] L'assistance en noir serrée autour de la tombe paraissait s'être unie contre les éléments. Mais l'endroit était si exposé qu'il était impossible de se protéger ; même les pages de la bible du pasteur se mouillaient [...] Et, ultime ironie, ces paroles se noyèrent dans le rugissement de la mer et le hurlement du vent, comme si la nature avait décidé d'avoir le dernier mot. »
Lire Peter May, c'est toujours partir en voyage ; que ce soit à Pékin dans la série des extraordinaires polars chinois ou, encore une fois, sur ces étranges îles battues des flots et des vents, oubliées du monde, où rien ne pousse que la tourbe et la laine des moutons. Un décor qu'on croirait inventé et dont on comprend qu'on ne puisse s’en déprendre quand on y est né.

Les prénoms des héros de cette nouvelle aventure qui commence brutalement à Paris par l'explosion d'une voiture, sont gaéliques donc imprononçables. Peter May prend un malin plaisir à joncher son récit de noms illisibles dont il nous donne gentiment la prononciation en début de livre mais qu'on ne retient pas ! Il prend un malin plaisir aussi à nous entraîner sur toutes sortes de pistes, attentat terroriste, mafia russe, mafia italienne, guerre économique dans le fastueux milieu de la mode, jalousie, vengeance, alors que, comme dans sa "Trilogie", tout nous ramène aux origines, à l'enfance, à l'île de Lewis.
« Nous étions chez eux, dans la petite pièce du fond qui me paraissait si grande quand j'étais enfant, écoutant en silence le tic-tac pesant de la vieille pendule posée sur la cheminée. L'odeur de fumée de tourbe provenant du feu allumé très tôt dans la saison, ravivait en moi des souvenirs mélangés. La pluie, telle des larmes, ruisselait sur les vitres ; la morosité envahissante […] devait plus, je crois, à nos ténèbres intérieures qu’au manque de clarté de cette journée. »

Les sentiments y sont à l'image du climat, tourmentés, violents, contrastés et le poids de la tradition va terriblement peser sur les trois personnages féminins de cette histoire comme si Peter May voulait, en appuyant fort, exorciser les vieux démons de la réaction qui ont la peau dure.
Sur l'archipel des Hébrides, les femmes n'ont pas le droit d'accompagner leurs morts jusqu’à la tombe. L'entrée du cimetière leur est interdite. Alors ont-elles le droit d'être mère et d'exercer un métier, d'avorter, d’être homosexuelle, de vivre seule sans la protection d'un homme, sans être condamnées à devenir victimes ou monstres ? C'est parce qu'ils ont défié la tradition du légendaire Harris Tweed en tissant un nouveau tweed, doux et soyeux, c'est parce qu'ils ont défié l'autorité et la réprobation des parents en s'épousant, c'est parce qu'ils ont défié le bon sens et la communauté en construisant leur maison loin de tout, que Niamh (prononcez Nive) et Ruairidh (prononcez Rou-are-i) Macfarlane vont payer très cher leur revendication à vivre sans le poids du passé.

Mais rien n'est simple sur les îles Hébrides et dans les romans de Peter May tissés à l'image des motifs du Ranish Tweed où s'entremêlent les couleurs changeantes de l’île, le lourd passé et l'avenir incertain.
« Le paysage de ces îles est une sacrée source d'inspiration. […]
– Même pour le tweed. C'est du Ranish ? |…]
Le tissu était doux, somptueux, presque sensuel sous mes doigts. Mais c’étaient ses couleurs qui me fascinaient le plus.
– C’est magnifique. Ça me fait penser à la découpe de la tourbe sur Pentland Road par un jour ensoleillé. Toutes ces teintes différentes. Les premières nouvelles pousses au milieu des herbes de l'hiver. Vert et rouge. Le brun des racines de bruyère, le bleu du ciel qui se reflète dans tous ces petits trous d'eau. »

Sylvie Lansade 
(22/05/18)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Rouergue Noir

(Mai 2018)
416 pages - 23

Traduit de l'anglais par
Ariane Bataille






 Domi Photographe
Peter May,
né à Glasgow en 1951,
a été scénariste pour la télévision écossaise (plus de mille scénarios en quinze ans) avant de s'installer dans le sud de la France pour écrire des romans policiers.

Visiter le site de
Peter May






Découvrir sur notre site
d'autres romans
du même auteur :

Léventreur de Pékin

L'île des chasseurs d'oiseaux

Les fugueurs de Glasgow

Les disparus du phare