Retour à l'accueil du site





Pierre POUCHAIRET


Du sang sur le Quai


Nous retrouvons avec plaisir les trois Brestoises – Léanne commandant de police, Élodie médecin légiste et Vanessa psychologue judiciaire – que nous avons déjà rencontrées dans L’île abandonnée et dont nous suivons ici la huitième aventure.

Comme le week-end s’annonce pluvieux, elles renoncent au pique-nique prévu et décident d’aller faire un tour au festival du polar de Penmarc’h, Le goéland masqué. « En général, c'est bien, il y a la crème du roman policier national et international, ainsi que des auteurs régionaux. Chaque fois que j'y suis allée, je n'ai jamais été déçue. »
Mais cette année, un drame vient gâcher la fête du livre. Un auteur est retrouvé pendu dans les toilettes. « Clovis Mercier, trente-deux ans, est un flic en disponibilité. Après la publication de quatre ouvrages, il a obtenu le Prix du Quai des Orfèvres il y a deux ans. Fort de ce succès, il a décidé de mettre entre parenthèses sa carrière professionnelle et de sc consacrer pleinement à l'écriture. »
Dès les premières constations, Élodie est formelle, ce n’est pas un suicide mais un crime. Qui pouvait lui en vouloir au point de le tuer ? Et pourquoi dans un festival du polar ?

Très vite, le lecteur en sait plus que les enquêtrices parce qu’en chapitres alternés, le meurtrier prend la parole pour expliquer son geste. À son avis, les livres de Mercier étaient affligeants et il ne méritait pas le Prix du Quai des Orfèvres (PQO), une récompense remise chaque année depuis 1946 par le Préfet de police à l’auteur d’un manuscrit choisi par un jury composé d'une vingtaine de membres (policiers, magistrats, journalistes, écrivains). Le meurtrier de Mercier ne compte pas en rester là. D’autres lauréats et même des membres du jury seront ses prochaines cibles. Il en informe d’ailleurs Léanne par des courriers qu’il signe « L’assassin du PQO », des courriers flatteurs où il écrit qu’il admire la commandant et qu’il voit en elle une adversaire de talent.

Les trois Brestoises mettent toute leur énergie dans cette enquête, suivent toutes les pistes qui se présentent, analysent avec soin les scènes de crimes, mais le tueur en série est patient, très organisé et fait preuve dans ses assassinats d’une inventivité dont il est très fier.  Il est persuadé d’avoir plus d’imagination et de talent que les lauréats du PQO qu’il méprise et tue avec originalité et délectation.

On sent que Pierre Pouchairet, lauréat lui-même du PQO en 2017, s’est bien amusé à mettre en scène ce rival malheureux, jaloux et imbu de son supposé talent. Mais bien sûr l’intelligence et l’imagination du tueur ne peuvent égaler celles des trois Brestoises qui sauront exploiter ses moindres erreurs. L’enquête les conduit jusqu’en Russie pour rencontrer un hacker de génie trop convoité par le FSB (ex KGB) pour pouvoir être extradé vers la France. Son aide sera tout de même précieuse pour mettre fin à la macabre hécatombe qui frappait l’univers du polar.

Un polar sur le monde du polar, double régal pour les amateurs de polars…

Serge Cabrol 
(04/04/22)    



Retour
Sommaire
Noir & polar




Palémon
(Novembre 2021)
336 pages - 10






Pierre Pouchairet

Bio-bibliographie sur
le site de l'auteur :
http://pierre
pouchairet.com






Découvrir sur notre site
d'autres romans
de Pierre Pouchairet :

La filière afghane

À l'ombre
des patriarches


Tuez-les tous…
mais pas ici


L’île abandonnée

Larmes de fond