Retour l'accueil du site





Gérard GLATT


Et le ciel se refuse à pleurer…


Après le Pays basque, l’Auvergne et la Bretagne, c’est aujourd’hui en Haute-Savoie que nous emmène l’auteur, plus particulièrement dans la vallée de Sallanches où se trouve la ferme de Germaine et Joseph Tronchet. L’amour et la haine sont au cœur de ce livre. Comment peut-on aimer et détester à la fois ? Comment une femme peut-elle mépriser le mari qu’elle a choisi et haïr son enfant ? Une histoire douloureuse flirtant parfois avec le roman policier dans le huis clos de cette ferme au pied du Mont Blanc.

Pour Germaine, la vie s’arrête dès la première page.
« Le 17 août 2016. Pour le coup, ce n'était pas de la blague, Tronchet faisait vraiment la tronche quand le docteur Echenoz est enfin arrivé. Parce que ça faisait déjà une bonne heure qu'il l'avait appelé, regrettant de n'avoir pu le faire de là où il était, bien au-dessus de la ferme où pâturaient ses vingt vaches, sur le chemin du Grand Arvet, lorsqu'il avait découvert Germaine, sa femme, sous le tronc d'un sapin qui s'était abattu sur elle et l'avait aplatie comme une crêpe. »
Le médecin ne peut que constater le décès et signer le permis d’inhumer.

Joseph prévient leur fils, Antoine, qui travaille en région parisienne et revient rarement à la ferme. Il faut dire qu’il n’en garde pas beaucoup de bons souvenirs. Germaine l’a tout de suite détesté et n’a cessé de l’humilier. Elle préférait Edmé, un copain d’Antoine, le fils de voisins, qui est resté travailler avec ses parents.

Edmé s’installe à la ferme pour tenir compagnie à Joseph et ne pas le laisser seul avec le cadavre de Germaine. Antoine arrive le lendemain et un étrange huis clos s’instaure entre ces trois personnages qui ont tous, chacun à sa manière, souffert de Germaine. Joseph parce qu’elle le méprisait, Antoine parce qu’elle le détestait et Edmé parce qu’elle l’aimait trop. À peine avait-il dix-sept ou dix-huit ans quand elle a commencé à lui faire de très claires avances et n’a cessé ensuite de le harceler. Mais lui, c’est Antoine qu’il a toujours aimé…

Dans ces quelques jours qui précèdent les obsèques, Germaine est au cœur de leurs pensées et de leurs conversations. Et peu à peu, le lecteur découvre comment se sont construites les relations complexes entre ces quatre personnages au fil du temps depuis la rencontre de Germaine et Joseph à leur adolescence.

Mais il y a un autre roman dans celui-ci, qui flirte sérieusement avec le polar. Germaine est-elle vraiment morte écrasée par ce sapin ? Le doute s’installe assez rapidement dans l’esprit du lecteur grâce à des indices parsemés ici et là. Les hésitations du médecin, un trou dans le chemisier de Germaine, le choix de la faire incinérer alors que sa place l’attendait dans le caveau de famille. Joseph aurait-il fini par tuer sa femme ? Ce serait trop simple…

Gérard Glatt réussit encore un roman passionnant aux personnages attachants, écartelés entre des sentiments contradictoires, où chacun aime et déteste à la fois. Il nous invite aussi à  découvrir le cadre magnifique qui ne cesse de fasciner Antoine. « Arrivé au milieu du vieux pont, il s'arrêta un moment, à côté de la croix, comme toujours ébloui par cette chaîne pour lui sans égal, celle du Mont-Blanc, qui berçait encore si souvent ses nuits, il n'en éprouvait nulle honte, comme lorsqu'il était enfant. » Voilà beaucoup de raisons de se plonger dans ce roman et de passer un moment dans cette ferme isolée au milieu d’une vallée que Victor Hugo a visitée en 1825 (c’est l’auteur qui nous l’apprend) et dont il disait qu’elle est « un théâtre ». Un nouveau drame s’y déroule ici.

Serge Cabrol 
(07/02/18)    



Retour
Sommaire
Lectures








Presses de la Cité

Terres de France
(Janvier 2018)
352 pages - 20






Gérard Glatt, n en 1944, se consacre maintenant entièrement à l'écriture. Il a publié deux recueils de contes basques et signe ici son dixième roman.



Visiter le site de
Gérard Glatt



Découvrir sur notre site
d'autres livres
du même auteur :

Une poupée
dans un fauteuil


Le temps de l'oubli

Le destin de Louise

La chouette idée
d’Alexandre Pluche


Retour à Belle Étoile

Les sœurs Ferrandon