Retour à l'accueil du site





Sylvie HUGUET

Les licornes de Thulé



Nous retrouvons ces temps anciens où vivaient les elfes, les trolls et les licornes avant que les humains ne les exterminent pour s’approprier leurs territoires ou l’ivoire de leurs cornes torsadées.

Dans Le dernier roi des elfes, le royaume d’Elmoor avait été vaincu par les humains, les elfes survivants s’étaient embarqués sur la Grande Mer pour un voyage hasardeux vers Thulé du Nord, la lointaine, et le roi, Ilgaël, avait dû se réfugier au plus profond de son ancien domaine, là où des arbres gigantesques qui remontaient aux premiers matins du monde défiaient encore la cognée.

Dans cette guerre, Ilgaël avait perdu Lindyll, un humain qu’il avait adopté tout enfant et qui était devenu son meilleur ami. Lindyll avait fait le sacrifice de sa vie pour essayer d’apaiser la relation entre les deux peuples mais ce fut en vain. Pour les humains, seule importait l’extermination des elfes.

Ilgaël vivait dans le chagrin de la perte de son ami, dans un pays aujourd’hui dévasté, avec pour seule compagnie Lug, le Seigneur des loups, son indéfectible allié.

Mais au moment où s’ouvre ce nouveau volume, Lug est arrivé à la fin de sa vie et il engage Ilgaël à traverser à son tour la Grande Mer pour rejoindre son peuple à Thulé où son destin doit se poursuivre. Lug, lui va mourir, mais son fils, Isyl, un jeune loup souple et robuste, propose d’accompagner le roi dans son exil.

Après la mort du Seigneur des loups, Ilgaël et Isyl embarquent sur un esquif léger mais résistant qui les mène jusqu’à l’île de Thulé.

Le roi des elfes va retrouver son peuple qui l’accueille chaleureusement et rencontrer les licornes dirigées par la reine Morrigan. Elfes et animaux communiquent par la pensée ce qui permet à toutes les espèces de se comprendre même si certains dialogues sont plutôt tendus.
Isyl, le jeune loup, s’en rend vite compte quand on lui signifie qu’il n’est pas le bienvenu sur ce territoire où la chasse et la consommation de viande sont interdites.
– Ainsi, tu as tué une créature de l'île tout près de nos côtes, et loin de faire amende honorable, tu prétends chasser encore sur notre territoire ? Tu sais que nos lois l'interdisent. Il n'y aura pas d'exception pour toi.
Impressionné malgré lui, et la queue basse en signe de respect, le loup répondit pourtant avec hardiesse.
– Vos lois sont contraires à l'ordre naturel, celui du chasseur et de la proie. Tôt ou tard vous devrez en tenir compte. Il n'y a donc sur votre île aucun mangeur de chair ?
– Plus depuis que nous avons détruit les trolls, qui se nourrissaient de la nôtre, et que nous avons vaincus avec l'aide de l'elfe Randolf. Nos lois datent de cette époque lointaine. La guerre avait été si cruelle que les Anciennes bannirent de Thulé toute mort violente. Il n'y a ici nulle créature que sa subsistance oblige à tuer.
– De quoi se nourrissent donc tous ces oiseaux qui nichent sur vos falaises ? Et les albatros ? Apparemment vous les tolérez, et pourtant ils dévorent du poisson bien sanglant.
– L'interdiction ne s'étend qu'au territoire de l'île. Les oiseaux peuvent pêcher en mer, pourvu que ce soit au-delà du brouillard.
– Les longues distances ne me font pas peur, assura-t-il. J'irai pêcher au-delà des brumes, et je reviendrai le ventre plein…

Quelque temps plus tard, le loup saura montrer son courage et son utilité pour lutter contre les hommes qui débarqueront sur Thulé pour chasser les licornes et s’emparer de leur ivoire. Car ce roman est aussi un livre de guerre avec des combats, des ruses et des poursuites dont les humains ne sortiront pas indemnes.

Beaucoup d’action mais aussi de poésie grâce à l’écriture précise et colorée de Sylvie Huguet qui nous offre ici des descriptions superbes des lieux et de leurs habitants. Ainsi, quand le roi des elfes, Ilgaël, monté sur Thürin, son robuste étalon, va rencontrer la reine Morrigan, la licorne dorée : Ils arrivèrent au sommet d'un à-pic dont la mer mordait le pied une centaine de toises plus bas. Les vagues s'y fracassaient sur des récifs hérissés de pointes, autour desquels l'écume explosait avec des grondements de fauve, dans une éruption de blancheur. Dès qu'il entendit le rugissement des flots, Thürin, inquiet, refusa d'aller plus loin, mais la licorne s'était arrêtée à l'extrême bord de la falaise, où elle se découpait comme une statue d'or sur l'azur intense du ciel ; et pourtant, cette statue d'or était vivante, un souffle soulevait ses flancs, des frissons couraient sur son pelage. Vivante, donc mortelle, et de savoir tant de beauté si vulnérable, un nœud monta à la gorge d'Ilgaël.

Un très beau roman, mêlant violence et délicatesse, qui décrit le combat entre la beauté et la barbarie, entre la protection de la nature et la recherche du profit. L’auteur n’a certainement pas encore épuisé cette veine de son parcours littéraire et nous espérons lire encore avec plaisir d'autres aventures d'elfes et de licornes. À suivre…

Serge Cabrol 
(07/05/15)    



Retour
Sommaire
Lectures








La Clef d'Argent

(Mars 2015)
156 pages - 8










Sylvie Huguet
a déjà publié environ
cent cinquante nouvelles
dans diverses revues,
sept romans et
sept recueils de nouvelles.


Bio-bibliographie
sur Wikipédia





Découvrir sur notre site
d'autres livres
du même auteur :

Le démon aux digitales

La mosaïque du fou

Le passage

La vraie nature
du croquemitaine

Le dernier roi des elfes

Le cauchemar
de Montaigne

Avec elle

Un ami en trop

Rouge Alice

Un si lointain appel